Restez informé


Des actions pour la jeunesse et l’environnement à Diego Suarez

blog - 22 mars 2017 1de2Depuis février 2016, l’ONG Azimut s’est ralliée aux efforts des nombreux acteurs de la Commune Urbaine de Diego Suarez (CUDS) pour mobiliser la jeunesse diégolaise dans le but de  former une relève de citoyens bénévoles qui s’investiront dans la protection de l’environnement et dans l’amélioration des conditions sociales.

Azimut a amorcé cette démarche en menant d’abord des entretiens individuels avec des personnes ressources. Ensuite en s’appuyant sur les suggestions obtenues de ces personnes ressources, Azimut a constitué un groupe de réflexion pour créer un modèle de collaboration entre différents acteurs de la société et des jeunes de la CUDS. Un groupe de jeunes bénévoles aux capacités renforcées en leadership, en communication, en rétroaction et en techniques d’approche a également été mis sur pied (Voir articles : Billet #1 et Billet #2).

blog - 22 mars 2017 2de2Toute cette démarche a été mise en place pour contribuer à répondre aux nombreuses problématiques de formation d’éco-citoyens (Voir article: Promotion du bénévolat malgache pour la protection de l’environnement : une solution ?) qui ont été soulevées par les acteurs de la commune. Le but d’Azimut n’est pas de se substituer aux programmes ou aux initiatives pour les jeunes déjà en place mais plutôt de réfléchir à un modèle différent inspiré par la base, c’est-à-dire par des citoyens de la Commune.

Élise Lortie, Stephano Boudi et Rodriguez Belalahy, ont pris la relève de ce défi en ce début d’année 2017. Tous les trois stagiaires de l’ONG Azimut, ils se sont donné pour mission de poursuivre les efforts déjà entamés par l’ONG Azimut et ses collaborateurs en 2016 afin de contribuer à l’inclusion des jeunes citadins de Diego Suarez au processus de développement de la région. Au cours des 3 prochains mois ils auront pour tâches de :

  • Développer et diffuser 3 outils d’appui aux jeunes utiles à la réalisation d’activités bénévoles de protection environnementale ;
  • Définir une stratégie de mise à jour de ces outils ;
  • Évaluer l’effectivité de ces outils dans la réalisation d’activités de protection environnementale.

Stages et missions de bénévolat de compétences à Madagascar 2017

Joignez-vous à notre équipe !

blog-05-octobre-2016-01Vous souhaitez effectuer un stage à l’étranger ? Ou peut-être souhaitez-vous confronter théorie et pratique pour mûrir vos ambitions professionnelles à l’occasion d’une mission de bénévolat de compétences à l’étranger ? Une année sabbatique ou une année de césure s’offre à vous ? Alors pourquoi ne pas en profiter pour valoriser votre CV et mettre vos connaissances à profit tout en travaillant dans un contexte stimulant où exercer de vraies responsabilités ?

L’ONG Azimut propose plusieurs offres de stage et de mission de bénévolat de compétences à Madagascar dans le cadre de ses activités visant à impliquer les citoyens malgaches à agir quotidiennement pour sauvegarder leur environnement et favoriser le développement durable du nord de la Grande Île.

Joignez-vous à notre équipe en 2017 pour participer à un stage ou une mission de bénévolat de compétences en collaboration avec nos partenaires à Diego Suarez.

Pour tous renseignements complémentaires sur notre programme cliquez sur les liens suivants :


Stages et missions à l’étranger 2017

1. Participer à la création d’une image de marque du bénévolat

TDR_developpement_benevolat_02OBJECTIF GÉNÉRAL :

Développer la visibilité et la notoriété du bénévolat dans la Commune Urbaine de Diego Suarez, nord de Madagascar.

ACTIVITÉS :

  • Tisser des relations approfondies avec les médias, la commune et les autres acteurs à intéresser à la promotion du bénévolat.
  • Établir un plan d’action sur 2 ans pour assurer la promotion du bénévolat, le recrutement, la formation, la gestion-rétention et la reconnaissance des bénévoles au sein de la Commune Urbaine.
  • Élaborer une charte graphique de la marque « bénévole ».
  • Multiplier les événements de promotion du bénévolat en tenant compte des préoccupations des jeunes malgaches.
  • Identifier les canaux de communication pour une campagne de promotion efficace du bénévolat auprès des jeunes de la commune.
  • Développer des supports de communication à diffuser au travers des canaux de communication retenus.
  • Regrouper les clubs et associations de jeunes intéressés à promouvoir le bénévolat lors d’événements ciblés.

2. Collaborer à la dynamisation de la Maison des Jeunes de Diego Suarez, Madagascar

TDR_Maison_des_jeunes_02OBJECTIF GÉNÉRAL

Améliorer la qualité des services d’orientation et de formation des jeunes liés à la protection de l’environnement dans la Commune Urbaine de Diego Suarez, nord de Madagascar.

ACTIVITÉS :

  • Participer à la résolution des problèmes de fonctionnement de la Maison des Jeunes.
    • Compulser les informations provenant des analyses antérieures et des documents concernant la Maison des Jeunes.
    • Compléter l’analyse des problèmes de fonctionnement des services d’orientation de la Maison des Jeunes par une enquête auprès des jeunes et des organes responsables.
    • Échanger avec les organes responsables de la Maison des Jeunes à propos des problèmes de fonctionnement et des solutions possibles.
    • Renforcer le respect du règlement intérieur de la Maison des Jeunes.
  • Opérationnaliser le Point Info Jeunesse.
    • Collecter les informations utiles aux jeunes pour alimenter le Point Info Jeunesse.
    • Décorer et organiser la salle du Point Info Jeunesse.
    • Identifier un responsable compétent au sein de l’équipe de la Maison des Jeunes et renforcer ses capacités en matière d’accueil et d’écoute des jeunes.
  • Augmenter la visibilité de la Maison des Jeunes.
    • Mobiliser une équipe de membres du Conseil Communal de la Jeunesse responsable de la communication pour appuyer l’élaboration et la mise en œuvre du plan de communication.
    • Élaborer un plan de communication des services offerts à la Maison des Jeunes qui soit réaliste et réalisable.
    • Valider le plan de communication auprès des organes responsables de la Maison des Jeunes.
    • Réaliser la campagne de communication de la Maison des Jeunes en priorisant les quartiers susceptibles d’y répondre.

3. Mise en place et animation d’un club de jeunes pour la protection de l’environnement vers un développement durable à Madagascar.

tdr_club_jpcc_02OBJECTIF GÉNÉRAL

Améliorer la qualité des services d’orientation et de formation des jeunes liés à la protection de l’environnement dans la Commune Urbaine de Diego Suarez, nord de Madagascar.

ACTIVITÉS :

  • Collecter les informations concernant la mise en place du Club auprès des acteurs concernés.
  • Créer un espace de dialogue avec les personnes responsables du club dans deux collèges d’enseignement général.
  • Consulter les jeunes collégiens adhérents au club à propos d’activités ludiques d’échange et de dialogue à entreprendre.
  • Appuyer la Direction Régionale de l’Education de Masse et du Civisme-DIANA au niveau de la Commune Urbaine de Diego Suarez et les encadreurs du club dans la mise au point d’un plan d’action durant l’année scolaire 2016/2017.
  • Développer outils et collaboration pour le club.
  • Participer à la réalisation des activités du club établies dans le plan d’action.

Les bienfaits du bénévolat dans la recherche et la sécurisation d’un emploi

JIJ 2016 - Affiche Comment trouver emploi sans diplomeDésireux d’assurer le développement de la visibilité et de la notoriété du bénévolat auprès des jeunes de la Commune Urbaine de Diego Suarez (CUDS), un groupe de jeunes bénévoles ont, le 10 août 2016, profité de la Journée Internationale de la Jeunesse, pour animer une conférence-débat. Le titre était accrocheur : « Comment trouver un emploi sans diplôme ? ». L’objectif visé était d’entretenir les jeunes de la CUDS des bienfaits du bénévolat dans la recherche et la sécurisation d’un emploi.

Le chômage chez les jeunes diégolais de 18 à 29 ans est préoccupant. Il atteint le taux de 6,4%[1]. Souvent, les qualifications de ces jeunes chômeurs ne satisfont pas les exigences du marché du travail en milieu urbain. En effet, plus de 13 000 jeunes sans qualifications adéquates arrivent chaque année sur le marché du travail[2].

Une quarantaine de personnes était présente à la conférence animée par Marino Dahy, Landry, Mouna Souleman et Joëlle Dize Dio. Le nombre de participants peut apparaître dérisoire par rapport à tous les jeunes ciblés mais les organisateurs ne s’attendaient pas à autant d’intérêt de la part de ceux qui ont assisté à la conférence. Les quatre responsables de cette initiative s’estiment satisfaits des résultats atteints. Ils remercient l’ONG Azimut et cinq personnes ressources (Todizara Andrianajaina, Rachidy Ali, Eric Botoronono, Francklin Reydellet, Enrico Botoumamou) pour leur appui dans la réalisation de cette première.

Des avis mitigés sur le bénévolat

Au cours de la conférence, un débat « pour ou contre le bénévolat ? » a été organisé. De nombreux partisans du « contre » tenaient mordicus au fait que tout travail mérite un revenu. Suite à de mauvaises expériences bénévoles mal encadrées et aux objectifs flous, d’autres adversaires du bénévolat considéraient qu’il s’agit d’une perte de temps. Découragés par leur première expérience bénévole, certains ne souhaitent plus s’engager.

IMG_1507Le proverbe malagasy « Miasa jamba rafozana » qui signifie travailler inutilement, illustre le manque de reconnaissance de la population vis-à-vis les actions bénévoles, ce qui démotive les éventuels partisans, alors que leurs bienfaits sont évidents.

Les participants en faveur du bénévolat ont su démontrer que lorsqu’on est sans diplôme ou que l’on n’a pas ou très peu d’expérience, le bénévolat permet de renforcer son réseau de contacts, d’acquérir des compétences qu’aucune formation n’aurait pu transmettre et d’étoffer son curriculum vitae d’expériences que les employeurs recherchent à l’embauche. Selon ces participants, le bénévolat est une occasion de prendre sa part de responsabilité en tant que citoyen et montrer sans avoir à le mentionner qu’on est dynamique, sociable, et qu’on sait se rendre utile, qualités recherchées par tous les employeurs.

Un employé de la Direction Régionale de la Jeunesse et des Sports a proposé une solution pour encourager les jeunes à s’engager bénévolement et pour rehausser l’image du bénévolat :il s’agirait de lui donner un cadre légal.

Le bénévolat : un substitut à l’emploi ?

Le bénévole est une personne qui s’engage librement pour apporter son temps et ses compétences à une autre personne ou à un organisme. Le bénévolat se différencie du travail ou du salariat par l’aspect de gratuité de l’action. Ce qui démotive de nombreux jeunes à ne pas s’engager dans des actions bénévoles c’est la contrainte financière de base.

IMG_1527Les animateurs ont essayé de démystifier le caractère négatif qu’on attribue au bénévolat en expliquant aux jeunes que le bénévolat n’est pas un emploi ni une activité dans laquelle s’engager à temps plein. En effet on peut participer bénévolement pour une journée ou quelques heures à une action ponctuelle de bénévolat. Marino, Mouna, Landry et Joëlle ont également suggéré aux participants de trouver un équilibre entre le bénévolat et leur recherche d’emploi mais aussi de cibler leurs actions bénévoles en fonction des compétences qu’ils souhaitent acquérir, de leurs disponibilités et des attentes professionnelles des employeurs auprès desquels ils souhaitent postuler.

Comment trouver un emploi, sans diplôme ?

Des conseils utiles ont été prodigués lors de cette matinée, afin que les jeunes à la recherche d’emploi sachent construire un curriculum vitae fonctionnel, différent d’un simple CV chronologique habituel. Les jeunes présents ont compris qu’ils sont nombreux à posséder le même profil et à chercher à intégrer des postes dont le nombre est limité. Les animateurs les ont encouragés à participer à des expériences associatives ou bénévoles bien ciblées, qui serviront à enrichir leurs expériences. Se démarquer des autres en fait est un atout majeur pour intégrer un secteur d’activité gratifiant ou rémunérateur. Ne pas terminer ses études n’est pas forcément un facteur handicapant. Cette conférence débat était une première, qui promet des suites.

Texte rédigé par Maryse Sahondra PARENT et Cerveau KOTOSON

[1] Région Diana (2015) Schéma Régional de Promotion de l’Emploi de la région Diana, 67pp.

[2] Région Diana (2012) Schéma Régional de Développement Economique de la Région Diana, 105 pp.

blog - 29 août 2016

Financer son stage ou sa mission de bénévolat à Madagascar

Chaque départ pour un séjour à l’étranger est différent. Pour financer votre séjour à Madagascar, tout dépend de votre situation financière et du type de mission envisagée. Découvrez sans tarder quelques astuces pour vous aider à subventionner votre voyage.

1. N’attendez pas le dernier moment !

Pour avoir accès aux bourses et aux autres types d’aide financière, prenez de l’avance. Dès que vous connaissez vos périodes de stage ou la date à laquelle vous souhaitez nous joindre, allez-vous renseigner sur les sources potentielles de financement.

2. Définissez bien votre projet

Plus votre projet sera précis, plus vous aurez des chances de décrocher une bourse. Définissez votre projet de stage ou votre mission de telle sorte qu’il fera le lien entre votre formation et vos ambitions professionnelles.

blog - 18 août 20163. Bourses à la mobilité internationale : étudiants québécois

Bourses pour de courts séjours d’études universitaires à l’extérieur du Québec
Les universités du Québec accordent des bourses aux étudiants qui souhaitent acquérir une expérience à l’internationale. Le programme de bourses pour de courts séjours d’études universitaires à l’extérieur du Québec (PBCSE) du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec (MEES), s’adresse aux étudiants qui souhaitent réaliser un séjour d’au moins deux mois à l’extérieur du Québec.

Université de Montréal (UdeM)
Université du Québec à Montréal (UQAM)
Université de Laval
Université de Sherbrooke (UdeS)
Université du Québec à Rimouski (UQAR)

Les Offices Jeunesse Internationaux du Québec (LOJIQ)
LOJIQ offrent des bourses pour les étudiants du Québec qui souhaitent réaliser un stage à l’international dans le cadre de leurs études. Ces bourses aident les étudiants à financer leur billet d’avion et leur assurance voyage et sont applicables à pratiquement tous les pays du monde. La nature de la bourse et les modalités de participation varient selon la destination. Pour toutes informations sur les critères d’admissibilité et le dossier de candidature, consultez le site web de LOJIQ.

http://www.lojiq.org/participer/soutien-financier/
http://www.lojiq.org/participer/programmes/etudes-et-stages/stages-et-projets-etudiants/

Prochaines dates de dépôt des candidatures : 29 août jusqu’au 20 septembre 2016 à 17h00 pour les départs à partir du 16 décembre 2016 et janvier, février et mars 2017.

4. Bourses à la mobilité internationale : étudiants français

Le CROUS, par l’intermédiaire du CNOUS, propose notamment une aide à la mobilité internationale en provenance du Ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, qui est destinée aux boursiers qui effectuent un trimestre ou un semestre à l’étranger dans le cadre de leur cursus. 

5. Organismes publics

Certaines mairies, conseils régionaux ou départementaux en France apportent leur soutien financier pour des stages professionnels ou pour des actions de solidarité à l’étranger aux jeunes de leur région ou de leur département. On peut également y obtenir des informations à propos d’aide disponible dans le cadre de projets précis. Au Québec on peut s’adresser aux députés ou maires d’arrondissement. En échange de l’aide obtenue, on peut proposer aux collectivités territoriales lors de son retour de mission d’organiser soit une exposition photo, soit une intervention dans les écoles ou encore un témoignage dans le bulletin municipal.

Contactez-les, faites-vous connaître, présentez votre projet et demandez les possibilités de financer votre séjour à l’étranger.

6. Entreprises et employeurs

On peut se faire sponsoriser ou aider financièrement par des entreprises qui ont des activités en rapport avec la thématique de la mission envisagée. On peut aussi solliciter l’aide de l’entreprise de son employeur. Les bénéfices que peuvent en retirer ces entreprises sont nombreux, en voici quelques exemples : preuves d’un soutien au développement durable, renforcement du lien salarié-entreprise, motivation des salariés, argument de recrutement, enrichissement de la culture d’entreprise, développement professionnel des salariés.

7. Autres astuces pour financer sa mission à l’étranger

  • Surveillez les pages Facebook des universités : ils font circuler l’information sur les bourses dès qu’ils les reçoivent.
  • Surveillez les sites web des universités et par département : des appels d’offres y sont publiés régulièrement.
  • Bourses offertes pour les enfants de parents travaillant dans des compagnies d’envergure au Québec (p.ex. Bombardier, Bell).
  • Soutien familial.
  • Institutions financières.
  • Financement communautaire (crowdfunding) : le web déborde de possibilités pour financer des projets individuels ou de groupe.
  • Organisez une levée de fond : de nombreuses ressources existent sur Internet pour vous guider ou vous donner des idées.
  • Ministères: Sous forme de bourses pour des objectifs et des publics ciblés.

Huiles alimentaires usées : un « bio-déchet » à valoriser en biocarburant

La Tribune de Diego Suarez et du Nord de Madagascar a publié un article dans son numéro 162 sur le projet de valorisation des huiles alimentaires usées que mène Moustapha Zafilahy et Marine Ridoire, bénévoles de l’ONG Azimut à Madagascar. Voici l’extrait de cet article :

blog - 11 juillet 2016 1de2Pourquoi ne pas utiliser un déchet pour produire de l’énergie « propre » ? Voici le défi que se sont lancé Moustapha Zafilahy et Marine Ridoire, deux jeunes ingénieurs tout justes diplômés en hydraulique-énergétique et en eau-environnement. À terme, ils souhaitent recycler les huiles alimentaires usées (HAU) pour alimenter les moteurs diesel des générateurs utilisés dans les communes rurales.

La collecte des HAU se fait déjà là où la population est sensibilisée aux méfaits de l’utilisation prolongée d’une huile sur la santé et au rejet des huiles usées dans l’environnement. À Madagascar, la mise en place d’un système de collecte des HAU présente un challenge à relever. En effet, il arrive que des huiles de friture usées en provenance des restaurants et des gargotes de Diego Suarez soient revendues sur le marché local ou remises aux employés pour usage alimentaire personnel. Et pour cause, l’huile de cuisson est un produit alimentaire de première nécessité relativement couteux que l’on a malheureusement pour la santé tendance à réutiliser jusqu’à sa quasi complète absorption dans les aliments frits.

Moustapha et Marine, croient toutefois à la faisabilité de recycler en biocarburant les HAU pour la production d’électricité. Ils ont lancé une étude afin de connaître le potentiel d’HAU à Diego Suarez et ses alentours. Ils cherchent à vérifier si leur projet est réalisable à long terme. Monsieur Abdou Salama, Directeur Interrégional de l’Énergie et des Hydrocarbures soutient l’étude de ce projet. Depuis un mois et demi, ces jeunes porteurs de projet démarchent les restaurants, les gargotes et les industriels de Diego Suarez et ses alentours à la recherche de litres d’huiles de friture usées. Mais la collecte de ces huiles n’est pas aussi facile que l’on pourrait le croire. Six restaurateurs ont décidé de les aider dans leur projet : Le Melville, Le Village, GG Lamour, La Cambusa, Le Raphia et Le Bistrot Colbert. Chacun d’eux s’est proposé de mettre de côté leurs HAU qui sont collectées une fois par semaine. Le duo d’ingénieurs est parvenu à collecter plusieurs litres d’huiles. Bien que loin de l’atteinte de leur objectif final ils restent motivés et confiants pour la suite de leur projet. En effet, les restaurateurs ne sont pas les seuls à utiliser des huiles dans leur cuisine. La population locale, elle aussi utilise de l’huile pour cuisiner bien qu’elle ne l’utilise pas toujours de manière économe malgré un coût relativement élevé du litre d’huile. Moustapha et Marine savent que pour réussir une collecte efficace des HAU, les facteurs sociaux et économiques de la population de Diego Suarez doivent être pris en compte.

blog - 11 juillet 2016 2de2Afin de commencer à sensibiliser le grand public sur les méfaits de l’utilisation répétée d’une même huile alimentaire, une première campagne de sensibilisation sera initiée par la diffusion d’un court reportage sur le projet (méfaits sur la santé, impacts sur l’environnement, valorisation de déchets…) avec l’intervention de différents acteurs locaux dans le but de pouvoir répondre aux questions du grand public. Cette projection, en partenariat avec l’Alliance française d’Antsiranana, sera diffusée à chaque avant-première de la séance Cinéquartier au courant des deux prochains mois.

Finalement, ce projet permettra de réduire la dépendance au gasoil, de favoriser l’accès à l’énergie dans les zones rurales, de redonner une deuxième vie à un déchet et de réduire l’impact néfaste sur la santé d’une consommation de HAU.

APPEL À PARTICIPATION CITOYENNE

Si vous aussi vous souhaitez participer au projet, un bidon de collecte de vos huiles alimentaires usées sera mis à votre disposition au magasin SCORE de la rue Colbert d’ici la semaine prochaine.

Pour tout renseignement complémentaire, contactez :
Moustapha Zafilahy, Tél. 032 28 123 19, moussezafy@gmail.com
Marine Ridoire, Tél. 034 16 870 98, marine.ridoire@wanadoo.fr

UN « BIO-DÉCHET », TRANSFORMÉ EN BIOCARBURANT !

Chaque résidu biodégradable liquide ou solide est considéré comme un bio-déchet. Les huiles alimentaires issues de végétaux sont donc assimilées à des résidus biodégradables une fois leur vie utile dépassée.

La technique de raffinage des HAU en biocarburant est simple et non polluante. Une simple décantation/filtration de HAU mélangées au gasoil selon un ratio déterminé peut servir de carburant pour les moteurs diesel. Ce mélange permet une diminution significative des émissions de monoxyde de carbone et de CO2 à la sortie du générateur.

Au final, le bénéfice écologique est double car il ne faut pas oublier qu’il s’agit de déchets auxquels on a assigné une seconde vie !

LES MÉFAITS DES HUILES ALIMENTAIRES USÉES SUR LA SANTÉ HUMAINE !

Les huiles alimentaires contiennent des corps gras. Cependant, la fin de leur vie utile une fois atteinte, les corps gras produisent des acides nocifs pour la santé.

Cela se traduit par des problèmes de circulation sanguine. En effet, les artères peuvent être colmatées par ces acides gras. De nombreuses études montrent que les maladies cardiovasculaires sont causées par une consommation importante de corps gras ou une mauvaise alimentation.

La teneur en acides gras d’une pomme de terre passée à la friture est 100 fois supérieure sa teneur de base d’une valeur de 0,1g. Plus une huile chauffe, plus elle crée des molécules toxiques qui se développent dans le bain d’huile pour se retrouver finalement dans les aliments que l’on ingère.

Tout cela se résume-t-il alors à une simple question de cuisson et de consommation ? Effectivement, on pourra considérer qu’une huile alimentaire peut être utilisable jusqu’à 5 fois avant de commencer à devenir toxique pour le corps humain. Au-delà de 5 utilisations, le risque que les corps gras soient nocifs grandit considérablement.