Loïc Fasan, passionné des insectes et mordu des reptiles!

Huit espèces de reptiles, une vingtaine d’espèces de papillons et dix espèces d’orthoptères…la récolte est riche pour Loïc Fasan, stagiaire Azimut passionné des insectes et mordu des reptiles !

Il nous fait part de ses dernières découvertes sur l’îlot Suarez en Mer d’Émeraude.

« Le lézard Trachylepis elegans est présent dans tous les types de microhabitats de l’îlot Suarez et domine les autres populations de reptiles par sa forte densité. Ce taxon est endémique de Madagascar et se distingue par la présence sur le cou d’une ligne rouge qui est chez le mâle plus large et d’un ton plus intense.

J’ai eu l’occasion d’observer le lézard Cryptoblepharus boutonii sur les falaises rocheuses de l’îlot. Plus discret, les individus de ce taxon descendent à marée basse sur la plage pour s’y nourrir d’insectes, de crustacés et même de petits poissons.

J’ai pu répertorier six autres espèces de reptiles appartenant essentiellement à la famille des « Geckos », une vingtaine d’espèces de papillons appartenant à sept familles différentes et dix espèces d’orthoptères.

Ces premières observations révèlent une forte diversité entomologique sur l’îlot Suarez.
La diversité spécifique des reptiles est toutefois moins importante. Mais ceci n’aurait rien d’étonnant car de nombreuses études indiquent que l’insularité du milieu réduirait fortement les échanges avec la Grande Île située à moins de 4 km de l’îlot Suarez.

Les recherches reprendront le samedi 31 mars sur Nosy Antaly Be, pourquoi pas avec la découverte d’une nouvelle espèce … ».

Dossier « mer d’Émeraude » : avifaune et résultats préliminaires sur l’îlot Suarez

Simon Fournier, stagiaire chez Azimut, dévoile les premiers résultats de ses observations des communautés ornithologiques de l’îlot Suarez.

« J’ai pu observer et répertorier, durant la semaine du 11 au 17 mars 2012, quatorze espèces d’oiseaux dont trois sont endémiques de Madagascar et d’Aldabra, petit atoll des Seychelles à proximité de la Grande Île : le Coucal malgache (Centropus toulou), le Crécerelle malgache (Falco newtoni) et le Râle de Cuvier (Dryolminas cuvieri). Ce dernier est l’unique représentant aviaire non-volant de Madagascar et semble être présent en assez grand nombre sur Nosy Suarez. Il approche volontiers les lieux fréquentés par les touristes.

Deux autres espèces que j’ai pu identifier sont endémiques de la région du sud-ouest de l’océan Indien : le Souimanga malgache (Cinnyris sovimanga), un petit colibri et l’Aigrette dimorphe (Egretta dimorpha) dont la particularité est d’avoir une coloration du plumage variant du noir au blanc.

J’ai également fait la découverte de deux nids occupés par le Phaéton à queue blanche (Phaethon lepturus), oiseaux de mer emblématique des Mascareignes, aussi appelé paille-en-queue du fait de ses longues rectrices. La végétation de l’îlot est assez dense en certains endroits et rend la prospection des nids assez ardue.

Je prévois effectuer un second passage sur l’îlot au mois de juin prochain pour essayer d’identifier de nouvelles espèces d’oiseaux migrateurs. D’ici là j’irai visiter les autres îlots qu’abrite la mer d’Émeraude en espérant y trouver d’autres espèces remarquables ! ».