Canadian dentists visiting Diego Suarez

Le Dr. Dan Munteanu, dentiste de Montréal, accompagné de Mlle Kristelle Julien, étudiante en dentisterie de l’Université de Montréal au Canada étaient de visite à Diego Suarez du 19 au 26 juin 2011. Invité par Azimut, le couple est venu à Diego Suarez pour effectuer une première visite de la région afin de constater l’état de santé bucco-dentaire des malgaches du nord de l’île. Le couple s’est montré intéressé par une coopération étroite avec les autorités de la place dans le but de lancer une clinique mobile de soins dentaires pour les villages excentriques de la région.

Le Dr. Marie Eva Rivo, Responsable Régionale DIANA de la Santé Bucco-dentaire et d’Ophtalmologie, a rencontré les deux jeunes canadiens et la responsable d’Azimut à de nombreuses reprises et les a renseignés sur le métier de dentiste dans la région, sur la difficulté des jeunes finissants de l’Institut d’Odontostomatologie Tropicale de Madagascar de l’Université de Mahajunga à trouver un emploi, sur le système d’organisation des cliniques de soins dentaires publics et privés, sur les maladies atypiques qui ont été observées ces dernières années…bref de nombreux échanges qui ont permis de mieux cerner les problèmes auxquels font face à la fois les dentistes et les patients malgaches.

La rencontre s’est terminée par la visite du cabinet dentaire du dispensaire de Diego Suarez dont le Dr. Marie Eva Rivo est la responsable. Le Dr. Munteanu et Mlle Julien ont pu également observer le Dr. Rivo en pleine action. À la surprise du Dr. Munteanu, Dr. Rivo utilisai un instrument jadis en vogue en occident pour l’extraction dentaire. Dix minutes lui sont suffisantes pour extraire une dent. Dr. Rivo explique qu’au cours de ses études en Roumanie, c’est avec cet instrument qu’on lui à appris à pratiquer les extractions. Oublié par les dentistes en occident, cet instrument révolutionnaire refait surface. Le Dr. Rivo ne s’en détache jamais, surtout que l’extraction dentaire c’est sa spécialité. En effet, plus de la moitié des patients qui passent par son cabinet sont contraints de se faire arracher des dents faute de moyens.

Le Dr. Rivo aurait effectué ses études en Roumanie en même temps et à la même institution que la mère du Dr. Munteanu, qui est également dentiste. Une belle preuve que le monde est en effet petit!

Azimut est présentement en contact avec Madame Francine Bélanger responsable de Vision Dentaire Internationale qui a déjà rassemblé de nombreux équipements et matériels dentaires qui permettraient d’équiper une ou deux cliniques locales pour permettre à de jeunes dentistes sans emploi de pratiquer leur profession et qui fourniraient le matériel nécessaire pour la mise en place d’une clinique mobile de soins dentaires en brousse.

“Whales and men”

Cétamada (L’Association pour la protection des mammifères marins autour de Madagascar) est venue pour la première fois à Diego Suarez pour y présenter un atelier-conférence. Cet atelier-conférence, intitulé “Des baleines et des hommes”, qui était parrainé par l’Université d’Antsiranana et par Azimut, s’est tenu dans les locaux de la bibliothèque de l’Université. Les membres fondateurs de CétaMada ont été accueillis chaleureusement par un public diegois durant l’après-midi du mardi 7 juin 2011. L’événement dont le financement était assuré par l’Ambassade suisse et le Fonds Français pour l’Environnement Mondial a permis de réunir de nombreuses personnalités, tant chez les autorités municipales de l’enseignement et du tourisme, que chez les responsables du SAGE (Service d’Appui à la Gestion de l’Environnement), du World Wildlife Fund, de Conservation International et de Madagascar National Parks. On retrouvait aussi dans l’assistance des membres de plusieurs des organisations et des associations qui militent pour la protection de la baie de Diego, ainsi que des opérateurs touristiques, des artisans, de nombreux étudiants, professeurs et professeures de l’Université d’Antsiranana et un représentant de la presse locale.

Monsieur Henry Bellon, président de CétaMada, était accompagné de ses proches collaborateurs, Mlle Maria Faria, biologiste de CétaMada, Monsieur François Xavier Mayer, administrateur de CétaMada, Monsieur Philippe Barratier, membre fondateur et de leur formateur/animateur Monsieur Julot Imbour. Ils ont informé à tour de rôle l’auditoire sur la biologie des mammifères marins présents autour de la Grande Île, sur les nombreuses activités de CétaMada dans la conservation, la recherche, la sensibilisation et la valorisation éco-touristique des cétacés présents dans les eaux malgaches. Ils ont présenté le nouveau système de réseau d’échouage national, un “code de bonne conduite” mis en place pour une observation respectueuse des mammifères marins…

Bref, un après-midi fort instructif qui s’est terminé vers 18h30 par la projection d’un extrait du film Océan et la distribution de certificats de participation à l’atelier-conférence. L’auditoire était sous le charme.

Espérons que CétaMada sera de retour à Diego prochainement.

Azimut collaborera avec CétaMada tout au cours de la prochaine année pour mettre en place un système raisonné d’observation écotouristique des mammifères marins de la baie de Diego. C’est en collaboration avec des pêcheurs de la région et des opérateurs touristiques qu’Azimut va promouvoir ce code de bonne conduite.

En effet, nous nous devons d’encadrer l’observation touristique autour de Diego avant qu’elle ne se développe de façon effrénée et sans balises avec comme résultat de faire fuir les dauphins et baleines comme à l’Île Maurice où perdure le manque d’encadrement.

CétaMada, qui a déjà instauré ce système à Sainte-Marie, en constate les bénéfices directs au niveau de l’ensemble de la population malgache (économie, sensibilisation, protection…). De plus, cette activité constitue une alternative économique intéressante pour les pêcheurs établis dans les villages de la côte. CétaMada et Azimut offriront aux populations côtières de Diego les outils et formations appropriés pour gérer localement leurs projets de conservation en vue d’un développement durable.

Screening for diabetes in Diego Suarez

Invitée par l’Association des Diabétiques d’Antsiranana (ADiA), Azimut s’est rendu à la toute récente journée de dépistage du diabète organisée par l’ADiA, l’Association Malgache du Diabète (AMADIA) et le World Diabetes Foundation (WDF). C’est dans une atmosphère détendue qu’un peu plus de 500 Diégolais ont fait tester leur taux de glycémie dans les enceintes de la Croix Rouge de Diego Suarez.

La journée a débuté à 6h30 pour s’achever vers 15h00. Pour certains, il leur a fallu une bonne dose de courage puisqu’ils ont dû patienter, à jeun, jusqu’en après midi pour se faire tester. Pour chaque patient, on a recensé son taux de glycémie, sa taille, son poids, et les autres mensurations standards. Les résultats de chacun lui étaient dévoilés sur place et des spécialistes étaient présents pour renseigner les nouveaux diabétiques à propos des différents traitements disponibles. Ces spécialistes leur ont prodigué conseils et astuces à propos de leur nutrition et les ont orientés vers un programme d’éducation physique et sportive adéquat à leur condition.

Cela fait moins d’un an que l’AMADIA opère dans la région et déjà de nombreuses journées de dépistages ont été organisées à Diego et dans les environs ainsi que dans les villages excentriques.

Il y aurait plus de 500 000 malgaches qui souffriraient du diabète sans avoir été diagnostiqués.

Azimut qui planifie un plan de soutien à l’ADiA, a pu cerner toute l’importance du problème dans la région du nord de l’Île. Un patient diabétique s’est confiée en malgache à la directrice :

« Nous n’avons pas assez de moyens pour acheter de l’insuline, ni même pour effectuer un suivi régulier de notre taux de glycémie. Les médecins traitants sur place nous encadrent comme ils peuvent mais cela se résume souvent par de nombreuses restrictions alimentaires et physiques qui ne nous permettent pas de vivre une vie tout à fait normale ».