Coopération Azimut – Mer d’Émeraude 2012-2014

L’accord signé en 2012 entre l’Office Régional du Tourisme de Diego Suarez (ORTDS) et la Commune rurale d’Andranovondronina à Babaomby prévoyait d’accorder aux sites touristiques de la Mer d’Émeraude la possibilité d’une gestion communautaire. Il s’agissait d’élaborer un plan de gestion et d’aménagement durable dont les retombées puissent profiter aux deux partenaires. L’ORTDS visait la valorisation et la promotion du tourisme, tout en préservant l’environnement naturel et les valeurs socio-culturelles associées.

Depuis lors, les stagiaires et les volontaires Azimut ont appuyé l’ORTDS dans l’atteinte de ces objectifs. Simon Fournier a identifié l’avifaune ; Loïc Fasan a inventorié l’entomofaune et l’herpétofaune ; Claire Michelet s’est impliquée dans la formation des guides-transporteurs ; Laurène Laham a mis sur pied un système de gestion des déchets ; Clément Corbic a rédigé la brochure de promotion d’un circuit de tourisme solidaire sur le site.

Les données récoltées par Simon Fournier et par Loïc Fasan seront utilisées cette année par Geneviève Barbarin, volontaire Azimut. Sa mission est de créer un sentier d’interprétation visant la mise en valeur du patrimoine naturel et culturel de l’îlot Suarez. Geneviève prévoit aménager des accès sur l’îlot dans le but d’en révéler de nombreuses particularités. Cette démarche pédagogique, qui s’inscrit dans une logique de tourisme durable, vise à la fois les touristes et les communautés riveraines de la Mer d’Émeraude.

Poursuite de la professionnalisation des acteurs

La formation des guides transporteurs qui a été mise en place par les efforts conjugués de Claire Michelet et de Julda Milatianjary (animatrice ORTDS) est dispensée aujourd’hui par l’ORTDS. Résultat  2012-2013: 24 acteurs ont été formés en environnement, secourisme, techniques d’accueil et histoire de la baie de Diego Suarez. Un dossier est en cours de validation pour formaliser la fonction de guide par la Direction Régionale du Tourisme. Ce projet, qui s’inscrivait dans une démarche d’appui au développement écotouristique a permis d’améliorer les prestations offertes aux touristes qui étaient nombreux à se déclarer insatisfaits de leur visite en Mer d’Émeraude. Maryse Sahondra Parent, directrice générale d’Azimut, témoigne : « Je pense qu’aujourd’hui on peut s’entendre sur le fait que cette formation et le regroupement en association de ces acteurs a permis de valoriser la population locale et d’améliorer la structuration de l’offre touristique.»

Une île propre

Un système de gestion des déchets…durable ! Depuis sa mise en place en avril 2013, l’îlot a retrouvé un air de jeunesse. Il est débarrassé des ordures grâce aux efforts des agents d’accueil et d’entretien de l’îlot. Les guides transporteurs respectent les règles du tri. Des employés de l’ORTDS rapatrient sur Diego les déchets recyclables qu’ils remettent selon leur nature aux artisans ou aux marchands. La gestion de la taxe touristique prélevée par le gestionnaire défraie les coûts de ces opérations. Pour en savoir plus sur le suivi de ce projet, lisez l’article « Suivi du système de gestion des déchets en mer d’Émeraude »

De nouveaux outils de communication

L’excursion en Mer d’Émeraude a été valorisée fin 2013 grâce à une double page qui lui y a été consacrée dans la nouvelle brochure « Circuit de Tourisme Solidaire » de la région DIANA, réalisée par Clément Corbic et promue par l’ORTDS et l’Office Régional du Tourisme de Nosy Be. La brochure est disponible en ligne sur le site de l’ORTDS (http://www.office-tourisme-diego-suarez.com/visite-decouverte/sites-touristiques/circuits-grand-spectacle). Elle attire déjà un public averti et contribue de ce fait au développement durable de ces sites touristiques.

La directrice d’Azimut remercie stagiaires et volontaires, l’équipe de l’ORTDS, les partenaires financiers ainsi que les membres du Comité de gestion, les employés et les associations de la Mer d’Émeraude pour leur constant appui dans le développement de ce site touristique de premier rang !

Une volontaire réunionnaise à Diego Suarez

Le nord de Madagascar est reconnu comme une exception à plusieurs titres pour sa diversité biologique et la variété de ses écosystèmes, mais surtout pour le haut niveau d’endémisme de sa faune et de sa flore autant marine que terrestre. La région DIANA souhaite préserver ce capital naturel en positionnant le tourisme, avec une préférence pour l’écotourisme, comme un vecteur privilégié du développement durable. Cette stratégie s’insère dans le programme de développement de l’Office National du Tourisme : un tourisme durable et éthique qui profite à la population locale, respecte l’environnement et s’intéresse à la culture du pays.

Le site écotouristique de la Mer d’Émeraude, attrait de premier rang de la région DIANA, est l’une des 18 destinations promu par l’Office Régional du Tourisme de Diego Suarez sur le circuit de tourisme solidaire de la région. La flore et à la faune ainsi que la culture associée aux îlots qui la composent ne demandent qu’à être mis en valeur par la création d’un sentier d’interprétation. Plus qu’une simple information, ce parcours adapté se veut ludique et accessible afin de permettre de développer l’attractivité du site dans le but de sensibiliser les visiteurs et les populations locales à sa richesse et à l’intérêt de sa préservation. Le second objectif poursuivi est de favoriser la formation d’une association des guides-pêcheurs et des masseuses qui travaillent en Mer d’Émeraude et qui l’utiliseront comme outil de rappel durant les visites qu’ils organisent. Leurs clients seront ainsi amenés à assurer le respect de l’environnement et des coutumes locales.

L’ONG Azimut qui appuie depuis 2012 le Comité de Gestion Communautaire du site touristique de la Mer d’Émeraude a déjà effectué le mandat suivant : monter un programme de formation des guides-pêcheurs, lancer un programme de gestion des déchets et effectuer une étude préliminaire de l’avifaune, l’herpétofaune et l’entomofaune des îlots qui la composent.

Les actions entreprises et les données récoltées seront reprises et valorisées au sein d’un sentier d’interprétation par Mademoiselle Geneviève Barbarin, volontaire Azimut, du mois de février au mois d’avril 2014. Geneviève est diplômée d’un Master 1 en Biodiversité des Écosystèmes Tropicaux à l’Université de la Réunion (DOM, France). Il s’agira pour Geneviève et dans un premier temps de définir le projet d’interprétation selon la spécificité du lieu et en fonction des ressources disponibles, de valider le projet auprès des différents acteurs concernés, de rédiger un cahier des charges précis qui sera soumis pour l’obtention de financements et enfin de former les formateurs locaux à l’accompagnement des visiteurs sur le sentier.

Bienvenu dans l’équipe Geneviève!

Réunion de fin de mission pour Clément Corbic

Azimut remercie chaleureusement Clément Corbic, volontaire Azimut, pour l’appui apporté à l’Office Régional du Tourisme de Diego Suarez (ORTDS) et pour sa contribution à la promotion du tourisme durable dans la région Diana. Clément a monté de toutes pièces une brochure qui dépeint un nouveau circuit de tourisme solidaire reliant Nosy Be – Ambanja – Ambilobe – Diego Suarez. La conception graphique de la brochure est à finaliser. Lors d’une réunion d’information et d’échanges qui s’est tenue dans les locaux d’Azimut le 18 juillet 2013, l’équipe de rédaction menée par Clément a colligé avis et renseignements en vue d’élaborer un produit fini qui saura plaire aux destinataires de la brochure.

Cette brochure de « tourisme solidaire » donnera une bouffée de fraîcheur à certains sites touristiques déjà proposés par les Offices du Tourisme de la région DIANA.

Bravo à l’ensemble de l’équipe de travail de l’ORTDS et de l’ONG Azimut, ainsi qu’à tous les acteurs qui ont contribué à l’organisation des activités lors des visites des sites touristiques. Merci aux gestionnaires et aux associations locales qui ont contribué au succès de cette entreprise. Merci aux représentants de la région DIANA pour leur présence et pour leur implication soutenue lors des réunions d’échanges sur ce projet.

Esquisse d’un circuit de tourisme durable à Madagascar

Voici le projet : un tracé de 250 kilomètres reliant l’île touristique de Nosy Be à la 2ème plus grande baie du monde, celle de Diego Suarez, en passant par les deux pôles ruraux d’Ambanja et d’Ambilobe. Sur ce parcours, une palette de 19 sites mettant en vedette les patrimoines socio-culturels et naturels de cette région. Et en surplus, une implication assurée de la population locale… Voilà les principales caractéristiques d’une proposition pour un  circuit de tourisme durable que l’Office Régional du Tourisme de Diego Suarez (ORTDS) projette de mettre en place d’ici 2014.

Clément Corbic, volontaire de l’ONG Azimut, est un des auteurs du design de ce circuit. Il nous fait part de ses constatations à propos de l’activité touristique à Madagascar :

« Actuellement, le tourisme est majoritairement concentré dans le Sud de la Grande île. Tant les tour-opérateurs internationaux que les nationaux dirigent leurs clients vers les circuits du Sud de l’île, qui sont, il faut le dire, plus diversifiés, plus longs et mieux organisés que ceux proposés dans le Nord. Les circuits du Nord sont nombreux mais on n’y retrouve pas encore de circuits de type long-séjour (2 à 3 semaines). L’extrême Nord malgache en particulier souffre du fait qu’on lui ait accolé l’étiquette réductrice d’un tourisme statique de villégiature balnéaire ».

C’est mal connaître les potentialités et opportunités que propose notre région, font remarquer les membres de l’Office Régional du tourisme de Diego Suarez (ORTDS), mais nous sommes forcés de constater qu’il existe une certaine ignorance, liée au manque de promotion efficace de notre part, chez les touristes internationaux. En effet, ces derniers sous-estiment la richesse et la diversité des atouts touristiques du Nord. Ils ignorent pour la plupart qu’il existe des parcs naturels associés à la montagne et à la forêt, et des tsingy enchanteurs… ».

« Dans un souci d’améliorer, de renforcer et de diversifier son offre en termes de tourisme itinérant, l’ORTDS va monter ce nouveau circuit de tourisme durable et se conformer ainsi à la politique de l’État malgache qui préconise ce type de tourisme. »

« Le tourisme durable comme chacun sait est un tourisme basé sur les principes éthiques de la responsabilité et de la solidarité, qui se veut respectueux des patrimoines naturels et socio-culturels d’un territoire. Et ne l’oublions pas, c’est un tourisme qui contribue au développement économique local. »