Programme de volontariat d’étudiants de l’Université d’Antsiranana

Il s’avère difficile pour les étudiants du Pr. Totomarovario, chef du département d’études anglo-américaines à l’Université d’Antsiranana, de trouver un stage professionnalisant dans la région DIANA étant donné le peu d’offres et la compétition pour la recherche de stages avec les étudiants d’autres établissements tels que l’Institut supérieur de technologie d’Antsiranana ou l’Institut supérieur en administration d’entreprises.

Dans le but d’aider ses étudiants à se démarquer de ceux des autres établissements, le Pr. Totomarovario a monté un programme de volontariat à l’Université d’Antsiranana en février 2015 avec l’appui technique de Kim Wilson, volontaire du Corps de la Paix à Diego Suarez. L’objectif visé : donner une opportunité unique aux étudiants de pratiquer une profession tout en leur inculquant la notion de civisme et de volontariat.

Les étudiants inscrits au programme d’études anglo-américaines suivent 4 années de formation en langue anglaise et une formation professionnelle complémentaire en tourisme, en informatique, en commerce ou en enseignement. Le Pr. Totomarovario explique : « Il est important pour nos élèves de pouvoir mettre en pratique leur apprentissage au sein d’une profession où il y a de la demande sur le marché du travail. Dans le cadre du programme de volontariat mis en place, nos étudiants peuvent intervenir dans divers secteurs tels que l’art et la culture, l’éducation, les services sociaux, l’environnement, la santé, le tourisme, le sport et les loisirs.»

Kim Wilson, qui s’est chargée du suivi des élèves en stage de volontariat a déjà reçu un retour positif des établissements hôtes. Ces derniers ont noté une différence notable dans la qualité des prestations fournies par les stagiaires qui ont reçu une formation préalable au volontariat et les étudiants des autres d’établissements.

Azimut accueille depuis la mi-février, quatre stagiaires issus de ce programme qui appuient le projet de dynamisation de l’enseignement de l’éducation civique au sein des écoles primaires et secondaires de la Commune Urbaine de Diego Suarez. Il s’agit de Mesdemoiselles Sabrina Marizafy, Zara Zaramasy et Hèrgonia Jolie Rabevita et de Monsieur Algatin Gualbert Razafintsadahy.

Pour en apprendre d’avantage sur ce programme, contactez le professeur Alex Totomarovario : marovalex.02@gmail.com.

« Des baleines et des hommes »

Cétamada (L’Association pour la protection des mammifères marins autour de Madagascar) est venue pour la première fois à Diego Suarez pour y présenter un atelier-conférence. Cet atelier-conférence, intitulé « Des baleines et des hommes », qui était parrainé par l’Université d’Antsiranana et par Azimut, s’est tenu dans les locaux de la bibliothèque de l’Université. Les membres fondateurs de CétaMada ont été accueillis chaleureusement par un public diegois durant l’après-midi du mardi 7 juin 2011. L’événement dont le financement était assuré par l’Ambassade suisse et le Fonds Français pour l’Environnement Mondial a permis de réunir de nombreuses personnalités, tant chez les autorités municipales de l’enseignement et du tourisme, que chez les responsables du SAGE (Service d’Appui à la Gestion de l’Environnement), du World Wildlife Fund, de Conservation International et de Madagascar National Parks. On retrouvait aussi dans l’assistance des membres de plusieurs des organisations et des associations qui militent pour la protection de la baie de Diego, ainsi que des opérateurs touristiques, des artisans, de nombreux étudiants, professeurs et professeures de l’Université d’Antsiranana et un représentant de la presse locale.

Monsieur Henry Bellon, président de CétaMada, était accompagné de ses proches collaborateurs, Mlle Maria Faria, biologiste de CétaMada, Monsieur François Xavier Mayer, administrateur de CétaMada, Monsieur Philippe Barratier, membre fondateur et de leur formateur/animateur Monsieur Julot Imbour. Ils ont informé à tour de rôle l’auditoire sur la biologie des mammifères marins présents autour de la Grande Île, sur les nombreuses activités de CétaMada dans la conservation, la recherche, la sensibilisation et la valorisation éco-touristique des cétacés présents dans les eaux malgaches. Ils ont présenté le nouveau système de réseau d’échouage national, un « code de bonne conduite » mis en place pour une observation respectueuse des mammifères marins…

Bref, un après-midi fort instructif qui s’est terminé vers 18h30 par la projection d’un extrait du film Océan et la distribution de certificats de participation à l’atelier-conférence. L’auditoire était sous le charme.

Espérons que CétaMada sera de retour à Diego prochainement.

Azimut collaborera avec CétaMada tout au cours de la prochaine année pour mettre en place un système raisonné d’observation écotouristique des mammifères marins de la baie de Diego. C’est en collaboration avec des pêcheurs de la région et des opérateurs touristiques qu’Azimut va promouvoir ce code de bonne conduite.

En effet, nous nous devons d’encadrer l’observation touristique autour de Diego avant qu’elle ne se développe de façon effrénée et sans balises avec comme résultat de faire fuir les dauphins et baleines comme à l’Île Maurice où perdure le manque d’encadrement.

CétaMada, qui a déjà instauré ce système à Sainte-Marie, en constate les bénéfices directs au niveau de l’ensemble de la population malgache (économie, sensibilisation, protection…). De plus, cette activité constitue une alternative économique intéressante pour les pêcheurs établis dans les villages de la côte. CétaMada et Azimut offriront aux populations côtières de Diego les outils et formations appropriés pour gérer localement leurs projets de conservation en vue d’un développement durable.