Vers l’élaboration d’une nouvelle stratégie du développement écotouristique de la Nouvelle Aire Protégée Ambohitr’Antsingy – Montagne des Français

En 2014, l’ONG SAGE (Service d’Appui à la Gestion de l’Environnement) a confié le développement et la gestion touristique de la zone nord de la Nouvelle Aire Protégée Ambohitr’Antsingy – Montagne des Français (NAP AA MdF) à l’Office Régional du Tourisme de Diego Suarez (ORTDS). Le SAGE a aussi fait appel à la région Diana, à des partenaires financiers, ainsi qu’aux compétences techniques de l’ONG Azimut pour réaliser la première phase du programme de développement écotouristique de la NAP AA MdF, le circuit Anosiravo.

Dans le cadre du prolongement du partenariat avec l’ONG SAGE et l’ORTDS, dont la volonté est d’étendre l’aménagement de nouveaux circuits à l’ensemble de la NAP, une évaluation du potentiel de développement écotouristique des sentiers et des circuits de la Nouvelle Aire Protégée a été réalisée par l’ONG Azimut d’avril à août 2015. Au total ce sont 11 sentiers et circuits qui ont été visités, cartographiés et analysés selon des critères définis au préalable. Ce travail a été assuré par Monsieur Axel Jumelin et Madame Irène, respectivement stagiaire et volontaire d’Azimut. Ils ont été aidés par le personnel du SAGE, de l’ORTDS et de nombreux membres des communautés villageoises voisines de la NAP.

L’intérêt récent accordé au complexe Ramena (Carte 1) par l’Association Internationale de Développement (IDA/Banque Mondiale) avec la mise en œuvre de la deuxième phase du projet Pôle Intégré de Croissance (PIC2), a donné une  perspective plus large à la mission : dynamiser le développement écotouristique de l’ensemble du complexe Ramena en reliant les circuits existants de la NAP AA MdF à ceux deux autres aires protégées du complexe : la NAP Oronjia et la NAP de la Baie d’Ambodivahibe. La NAP AA MdF fait partie des sites à valoriser dans la région DIANA par le projet PIC2. Ce projet propose de promouvoir et de développer des sites touristiques au sein et dans le voisinage des aires protégées. Le circuit Anosiravo de la NAP AA MdF bénéficiera d’un premier financement pour en améliorer infrastructures et gestion touristique.

Le tourisme a été identifié par le SAGE comme un levier du développement local des villages des alentours de la NAP AA MdF et comme un moyen de lutte contre les pressions anthropiques observées sur les ressources forestières. Le SAGE est d’avis que l’écotourisme ne constitue pas l’unique solution pour résoudre les problèmes de déforestation rencontrés au sein de la NAP et tous les circuits et sentiers n’y sont pas prédisposés. Cette évaluation effectuée par Axel et Irène permettra aux partenaires de cibler les circuits et les sentiers à potentiel de développement touristique pouvant justifier des investissements subséquents et leur servira à élaborer une stratégie de développement écotouristique du site.

Un nouvel outil pour les guides touristiques de la Montagne des Français à Madagascar

En septembre 2013, 12 charbonniers en provenance des 6 villages bordant la Nouvelle Aire Protégée Ambohitr’Antsingy – Montagne des Français (NAP AA MdF), avaient été recrutés pour assumer un rôle de guide local sur le circuit « Anosiravo » qui appartient à la zone écotouristique Nord de la NAP. L’objectif étant pour l’ONG Service d’Appui à la Gestion de l’Environnement (SAGE), gestionnaire de la NAP, de proposer  aux populations environnantes de nouvelles activités génératrices de revenus pour lutter contre l’exploitation illicite des ressources forestières.

Pour préparer ces nouveaux guides au métier, des formations leur ont été proposées en 2013 et 2014. Bilan fin 2014 : le renforcement des compétences des guides locaux est quasi nul et huit d’entre eux ont abandonné leur poste après seulement 3 mois de pratique. Parmi les raisons  de leur abandon de poste, les guides locaux ont évoqué le problème de communication en français avec les visiteurs, des formations mal adaptées et le manque d’accompagnement par les gestionnaires. Pour améliorer la situation du guidage local en 2015, le SAGE et l’Office Régional du Tourisme de Diego Suarez (ORTDS) se sont associés les compétences techniques de l’ONG Azimut et l’appui financier du Conseil Départemental du Finistère (CD29).

Parmi les mesures mises en place par l’ONG Azimut, cette dernière mettra à la disposition des futurs guides un manuel leur proposant le discours à tenir aux touristes sur le circuit « Anosiravo » incluant cartes et images pour illustrer les explications fournies lors du parcours. Le discours à tenir est présenté de façon simple, aérée, imagée et dotée du vocabulaire nécessaire en langue française. Cet outil permettra d’alléger la tâche des guides et de réduire le coût de leur formation. Des grilles ont été élaborées pour permettre au SAGE et à l’ORTDS d’évaluer la progression des guides et d’adapter en temps réel cet outil de travail.

Pour le SAGE et l’ORTDS, le réel défi réside dans le maintien de la motivation des guides locaux à s’investir dans le métier sur le long terme. L’atteinte de cet objectif repose sur la capacité du SAGE et de l’ORTDS à effectuer un suivi et une évaluation de la performance des guides, à élaborer une stratégie de communication sur la destination, à valoriser le travail des guides locaux auprès des visiteurs et enfin à entretenir un programme d’échange et de communication étroit avec les guides locaux recrutés. Seul hic, les difficultés rencontrées par la compagnie aérienne Air Madagascar compromet la saison touristique 2015. La fréquentaton du circuit « Anosiravo » est en baisse et risque d’affecter la motivation des guides locaux à travailler jusqu’au mois de novembre s’ils ne peuvent justifier un retour d’argent équivalent à leurs anciennes occupations. Bien que la programmation prévisionnelle des formations a déjà été fixé par l’ORTDS, il a été décidé que les activités de formation des guides seront repportés à l’année prochaine.

Identification des plantes à la Montagne des Français

Des représentants de l’ONG SAGE (Service d’Appui à la Gestion de l’Environnement) et du Missouri Botanical Garden, de l’association Jardin du Monde et d’AVUPMA (Association pour la Valorisation et l’Utilisation des Plantes Médicinales à Antsiranana) se sont joints à Azimut et à l’Office Régional du Tourisme de Diego Suarez pour une visite vendredi le 30 juin 2014 de la Nouvelle Aire Protégée d’Ambohitr’Antsingy – Montagne des Français (NAP AA MdF).

Il s’agissait d’identifier les plantes remarquables et indispensables à la mise en valeur des potentialités touristiques de la NAP AA MdF pour élaborer les panneaux d’interprétation du patrimoine culturel et naturel qui émailleront le sentier de découverte du fort d’Anosiravo.

De nombreuses plantes dotées de vertus médicinales ont été repérées. Les fady (tabous) associés, leur spécificité géographique et leur rareté relative ont été dénotés. Quatre représentants du village de Betahitry, village environnant la NAP AA MdF, dont deux guides pisteurs locaux ont contribué leurs informations sur l’historique culturel  de certaines des plantes identifiées.

Une sortie est prévue ce vendredi 6 juin 2014 avec l’Association Ambre pour finaliser de cerner in situ l’emplacement des panneaux sur l’aspect historique du sentier du fort d’Anosiravo.

Bienvenue à Luciano Velanosy

Nous souhaitons la bienvenue à Luciano Velanosy qui sera de passage chez Azimut d’avril à juillet 2014. Titulaire d’une licence professionnelle en Sciences de la Nature et de l’Environnement de l’Université d’Antsiranana, spécialisation en aménagement des milieux aquatiques et littoraux, Luciano viendra en appui à Corentin Galati, stagiaire d’Azimut et étudiant en Master 2 Mise en valeur du patrimoine, option Gestion de projets à l’Université d’Artois à Arras en France. L’équipe s’intéressera à la valorisation des potentialités touristiques de la Nouvelle Aire Protégée d’Ambohitr’Antsingy – Montagne des Français (NAP AA MdF).

Luciano a travaillé auparavant comme socio-organisateur au sein de l’ONG SAGE (Service d’Appui à la Gestion de l’Environnement) pour la mise en place d’une gouvernance participative pérenne des ressources naturelles de l’Aire Protégée de la Montagne d’Ambre dans le nord de Madagascar. Il a également œuvré au sein de Conservation Internationale comme agent de suivi des ressources biologiques de la mangrove de la baie d’Ambodivahibe.

L’ONG SAGE et l’Office Régional du Tourisme de Diego Suarez (ORTDS) s’intéressent à l’aménagement touristique du circuit Nord de la NAP AA MdF. Ce projet a reçu l’appui technique et financier du Conseil Général du Finistère. L’ONG Azimut coordonne le projet de création d’un sentier d’interprétation et de la formation de guides pisteurs locaux.

Les objectifs du projet visent la promotion des atouts touristiques de la région de Diego Suarez tout en y intégrant la population locale. Une taxe touristique contribuera à la lutte contre l’exploitation illicite des ressources forestières et du patrimoine matériel de la zone.

Montagne des Français: nouvelle mission pour Azimut

La Nouvelle Aire Protégée Ambohitr’Antsingy-Montagne des Français (NAP AA MdF), est un des massifs forestiers de l’extrême nord de Madagascar. Cette aire protégée, située à 7 km à l’est de la ville de Diego Saurez, bénéficie du statut de NAP depuis 2006 selon un arrêté interministériel qui en a confié la protection au Service d’Appui à la Gestion de l’Environnement (SAGE). La NAP AA MdF regorge de potentialités touristiques de par son patrimoine naturel, historique et culturel. Toutefois la pauvreté des habitants de ce coin de pays met un frein au déclenchement d’une dynamique de développement qui en préserverait les richesses naturelles et qui mettrait les paysages d’intérêt touristique à l’abri des détériorations. Des activités dévastatrices de l’environnement y prennent depuis quelque temps de l’ampleur (charbonnage, culture sur brulis, coupes illicites de bois, pillages, chasses et  cueillette…).

Le contexte sociopolitique qui s’est instauré dans le pays depuis 2009 n’a pas été favorable à la mise en œuvre d’un projet d’aménagement de circuits dans les Zones de Services Écotouristiques identifiées par l’Office Régional du Tourisme de Diego Suarez (ORTDS). Ce projet avait pour objectif de freiner la dégradation de cet écosystème forestier. Le SAGE, principal gestionnaire du site, est d’avis que faire connaître le riche patrimoine de cette NAP permettrait d’en augmenter les retombées économiques auprès des populations locales et contribuerait, couplé à d’autres actions de conservation et de sensibilisation, à réduire les pressions anthropiques observées.

Face à cette situation préoccupante, le SAGE, appuyé par l’ORTDS, la région Diana et d’autres partenaires financiers, a décidé de relancer ce projet au début de l’année 2014. Azimut a exprimé son intérêt auprès des gestionnaires de la NAP AA MdF à les appuyer dans la valorisation des potentialités touristiques du site dans un souci d’améliorer les conditions de vie des populations riveraines de la zone.

Corentin Galati, stagiaire Azimut, appuiera la mise en œuvre du projet de développement écotouristique du circuit Nord de la NAP AA MdF. Il travaillera du mois d’avril au mois de juillet 2014 à appliquer le plan d’aménagement établi. Il s’assurera de l’implication des populations locales et du soutien des partenaires techniques et financiers. Il cherchera à valoriser les richesses patrimoniales de l’aire protégée tout en contribuant à la professionnalisation des communautés locales impliquées dans la gestion de ce circuit. Corentin est étudiant à l’université d’Artois (Arras, France) en Master 2, mise en valeur du patrimoine, option gestion de projets.

Lutte contre le charbonnage dans la Montagne des Français

Le charbonnage, la culture sur brulis, la coupe de bois, le pillage sélectif, la chasse et la cueillette des ressources forestières ne sont que quelques-unes des activités anthropiques qui, menées de façon excessive, agressent le patrimoine naturel de la Nouvelle Aire Protégée Ambohitr’Antsingy-Montagne des Français (NAP AA MdF), un massif forestier de l’extrême nord de Madagascar. D’après le Service d’Appui à la Gestion de l’Environnement (SAGE), principal gestionnaire délégué du site, les quelque 300 charbonniers qui exploitent la forêt de la Montagne des Français menacent la biodiversité de cette aire protégée et font de ce fait échec aux services qu’elle rend aux populations environnantes (bois de chauffe et de construction, apports en eau, zones de pâturage et de culture). Cette pratique qui nuit par sa démesure à l’environnement est fille de multiples causes : pauvreté, absence de surveillance du site due au manque d’effectifs et de moyens du service régional chargé de sanctionner les fautifs, rareté des forêts à exploiter aux alentours de la ville de Diego Suarez, forte demande des citadins pour le charbon, arrivée incontrôlée de migrants du sud de la Grande île qui font fi de la coutume locale favorable à la conservation des ressources naturelles.

Les gestionnaires de la NAP peinent à trouver des solutions à la fois efficaces et adaptées aux besoins de la population. Ils sont inquiets : si rien n’est fait pour réduire de façon draconienne l’impact anthropique sur cet écosystème forestier, de nombreux bailleurs de fonds risquent en se retirant de laisser la NAP sans moyens pour intervenir.

Le reboisement de certaines zones dégradées de la NAP AA MdF a débuté ce mois de mars 2014.

Pour marquer cet évènement, se sont réunis dans le canyon d’Andavakoera de la Vallée des perroquets le vendredi 7 mars 2014, les communautés d’Andavakoera et de Betahitra, Monsieur Paulin le chef pépiniériste, des membres de l’association AVUPMA (Association pour la Valorisation et l’Usage des Plantes Médicinales à Antsiranana), le responsable du parc aventure Jungle Park, Monsieur Alban, étudiant de l’Université d’Antsiranana, les représentants du Conservatoire Botanique National de Brest (CNBN), du Conseil Général du Finistère, ceux de l’association Azimut et du SAGE.

Quatre espèces d’arbres originaires de Madagascar ont été plantées en divers endroits de la Vallée des perroquets : le Voankazo meloka (Xanthocercis madagascariensis), espèce menacée classée « vulnérable » selon l’IUCN, le Rotro (Syzygium sakalavarum), le Somontsohy (Stereospermum sp.) et le Bozy (Adansonia suarezensis) ou Baobab de Suarez, espèce menacée classée « en danger » selon l’IUCN.

D’autres espèces seront replantées d’ici la fin du mois de mars 2014 par les communautés des alentours qui se sont impliquées dans le processus de reboisement de la zone. Le financement de l’opération est assuré  par le Conseil Général du Finistère et par le CNBN.  Mlle Camille Danger, correspondante du CNBN à Madagascar, s’occupe du suivi et de l’appui technique.