Stage ou mission de bénévolat de compétences #072016

Termes de référence

Recrutement d’un stagiaire ou d’un bénévole

Mise en place et animation d’un club de jeunes pour la protection de l’environnement vers un développement durable, Madagascar

Durée de la mission

3 à 4 mois plein temps

Lieu d’affectation

Diego Suarez, Madagascar

Début souhaité de la mission

Avril ou septembre 2017

Acceptation des candidatures

Toute l’année (Attention les candidatures reçues en premier seront traitées en priorité)

Téléchargez la fiche de poste

Contexte et justification

La Direction Régionale de l’Éducation de Masse et du Civisme DIANA (DREMC-DIANA) a fait appel à l’ONG Azimut pour collaborer à la mise en place du Club des Jeunes Promoteurs de la Citoyenneté et du Civisme (Club JPCC) au sein de la Commune Urbaine de Diego Suarez (CUDS). Cette Direction Régionale poursuit l’objectif d’impliquer et de responsabiliser les élèves dans la mise en œuvre de l’Éducation à la Citoyenneté et au Civisme. Il s’agit de sensibiliser ces derniers au respect de l’environnement dans la perspective du développement durable.

Depuis 2015, l’ONG Azimut s’est ralliée aux efforts des nombreux acteurs de la CUDS afin de mobiliser la jeunesse diégolaise et former une relève de citoyens bénévoles investis dans la protection de l’environnement et dans l’amélioration des conditions sociales. La DREMC-DIANA et l’ONG Azimut sont convaincus que l’intervention de jeunes bénévoles dans la restauration et la défense des causes environnementales est un facteur clé dans la formation de futurs citoyens et est indissociable au processus de développement durable.

La mission « Collaborer à la mise en place du Club des Jeunes Promoteurs de la Citoyenneté et du Civisme » poursuivra les efforts entamés par l’ONG Azimut et ses collaborateurs en cherchant à inclure de jeunes citadins de Diego Suarez au processus de développement de leur région. Elle comporte quatre objectifs :

  • Créer un environnement favorable au développement du bénévolat ;
  • Développer le civisme des jeunes ;
  • Renforcer l’esprit d’initiative chez les jeunes ;
  • Renforcer les initiatives de la société civile dans la défense de l’environnement de la région DIANA.

L’ÉDUCATION À L’ENVIRONNEMENT VERS UN DÉVELOPPEMENT DURABLE : PASSER DES INTENTIONS AUX ACTES

Dans la mesure où l’éducation au développement et à l’environnement (EEDD) a pour ambition de « faire bouger les choses », les messages doivent dépasser l’aspect purement informatif de protection de la nature pour impliquer les citoyens à agir quotidiennement pour sauvegarder son environnement et en favoriser le développement durable.

LES LIMITES DE L’INSTITUTIONNALISATION DE L’EEDD À MADAGASCAR

L’éducation relative à l’environnement (ErE) a démarré à Madagascar il y a une trentaine d’années sous l’impulsion initiale du WWF. Elle n’a été institutionnalisée en 2002 par l’adoption du Décret N°2002-751 fixant la Politique Nationale d’Éducation Relative à l’Environnement (PERE). En 2013, la PERE a été remplacée par la Politique Nationale de l’Éducation Relative à l’Environnement pour le Développement Durable (PErEDD). Bien que la PErEDD présente une vision et des principes d’action plus clairs que ceux de l’ErE, force est de constater que dans le nord de Madagascar les progrès en matière d’éducation environnementale en milieu scolaire ont été cantonnés au plan théorique, sans déboucher sur des actions concrètes. Les liens entre l’environnement et les questions sociales et économiques sont restés flous. En effet l’impact des nombreux programmes d’éducation environnementale est peu perceptible : la dégradation de l’environnement a atteint une proportion alarmante au cours des dix dernières années.

L’EEDD : UNE QUESTION DE CIVISME

La Direction Régionale de l’Éducation Nationale DIANA (DREN-DIANA) souhaite dynamiser de nouvelles initiatives pour appuyer l’enseignement des principes de développement durable. Le Ministère de l’Éducation Nationale (MEN) a annoncé la mise en place en juillet 2016 de Club des Jeunes Promoteurs de la Citoyenneté et du Civisme au sein de 9 établissements scolaires publics de la CUDS. L’objectif de ces clubs sera d’impliquer les élèves dans la mise en œuvre de l’Éducation à la Citoyenneté et au Civisme.

Mais quels sont les liens entre EEDD et citoyenneté et civisme ? La DREMC-DIANA est d’avis que l’éducation au développement et à l’environnement permet à chaque citoyen formé et informé de participer à la prise de décisions, contribuant ainsi à renforcer la démocratie tout en protégeant la qualité de leur milieu de vie.

MISE EN PLACE DU CLUB JPCC : DE NOMBREUX OBSTACLES À SURMONTER

La DREMC-DIANA veut assurer que ce Club soit efficace et pérenne. Mais elle fait face à de nombreux obstacles :

  • Gestion décentralisée complexe : Le suivi des projets lancés à partir de la capitale Antananarivo est difficile à assurer étant donnée la distance qui la sépare de Diego Suarez. Depuis la mise en place du Club JPCC, peu d’informations les concernant sont parvenues du MEN. Bien que la DREMC-DIANA est disposée à participer au suivi des clubs mis en place, elle demeure dans le flou par rapport au rôle précis qu’elle doit jouer. Aucun plan d’action n’a été proposé par le Ministère pour la rentrée scolaire et les activités que souhaiteraient mettre en place la DREMC-DIANA demeurent au stade de projets.
  • Participation bénévole des encadreurs délicate : La DREMC-DIANA craint le manque de motivation des encadreurs pour mettre en œuvre les activités qui seraient éventuellement proposées. Les encadreurs ont été désignés par leurs supérieurs sans qu’ils se soient pour la plupart portés volontaires. De plus, les enseignants sont peu motivés à participer aux nouveaux projets sans compensation financière étant donnée leur situation financière précaire.
  • Un système éducatif défavorable : L’éducation civique et citoyenne est considérée comme une matière de second plan. L’enseignement de l’éducation relative à l’environnement n’est pas harmonisé entre les différents milieux où évoluent les jeunes, ce qui contribue à décrédibiliser son importance. Le programme d’ErE n’est pas à jour, ne reflète pas les réalités du pays, et ne valorise pas le savoir-vivre malgache. Les enseignants n’ont pas accès au programme et aux outils déjà développés par d’autres acteurs. Chez les enseignants, l’absence de formation initiale et la faiblesse de la formation continue en environnement ne les encouragent pas à encadrer des activités pour les jeunes adhérents au Club JPCC.

Mission

Sous la supervision d’un représentant d’Azimut, en collaboration avec la Direction Régionale de l’Éducation de Masse et du Civisme DIANA, la personne recrutée devra poursuivre les efforts menés pour collaborer à la mise en place du Club des Jeunes Promoteurs de la Citoyenneté et du Civisme au sein de la Commune Urbaine de Diego Suarez. Elle se verra confier les tâches suivantes :

  • Collecter les informations concernant la mise en place du Club JPCC auprès des acteurs concernés (rôles des différents acteurs, documents constitutifs, organisation, etc.) et proposer des pistes d’action permettant d’assurer son effectivité et sa pérennité au sein des établissements scolaires concernés.
  • Créer un espace de dialogue avec les personnes responsables du Club JPCC dans deux collèges d’enseignement général afin d’augmenter leur motivation à participer bénévolement à l’encadrement de ce club.
  • Relever les idées des jeunes collégiens adhérents au Club JPCC sur les activités qu’ils souhaitent entreprendre.
  • Appuyer la DREMC-DIANA au niveau de la CUDS et les encadreurs du Club JPCC à établir un plan d’action approprié et réalisable durant l’année scolaire 2016/2017.
  • Travailler à une bonne cohésion entre les encadreurs et les adhérents du Club.
  • Développer outils et collaboration pour faciliter la mise en œuvre et le suivi des activités retenues.
  • Participer à la réalisation des activités du Club JPCC établies dans le plan d’action.

Profil recherché

Aptitudes :

  • Titulaire d’une formation universitaire ou étudiant dans une discipline pertinente au mandat offert
  • Excellente connaissance du français.
  • Savoir s’adapter à un mode de vie différent et à des conditions matérielles difficiles.
  • Maîtriser l’outil informatique et être familier avec les logiciels de la série Microsoft.
  • Démontrer de l’aise dans l’utilisation de logiciels de traitement d’images et de montage vidéo.
  • Être autonome, savoir prendre des initiatives et faire montre d’assurance dans la recherche de solutions.
  • Connaître les techniques du tour de table, de la discussion en panel, du brainstorming, de l’étude de cas, des jeux de rôle.
  • Savoir développer l’esprit de collaboration et faire partager le plaisir de la créativité.
  • Faire preuve d’esprit d’équipe, d’ouverture d’esprit, et d’une grande capacité d’écoute et d’adaptation.
  • Posséder une bonne capacité à travailler sous pression, à respecter des délais, à gérer les priorités.
Expériences précédentes :

  • Expérience souhaitable de travail à l’étranger.
  • Démontrer une expérience en gestion d’équipe, coordination de projets ou renforcement des capacités.
  • Avoir de l’expérience du travail avec les jeunes.
  • Avoir l’expérience du volontariat (ou du bénévolat).

Autres exigences :

  • Être souriant, posséder le sens de l’humour, savoir se rendre populaire.
  • Ne pas craindre le manque occasionnel d’eau courante ou d’électricité, savoir s’adapter aux difficultés fréquentes de communication avec sa famille et ses amis.
  • Jouir d’une bonne santé et être en excellente condition physique.

Contribution et participation

Nous nous appuyons sur la participation et la contribution monétaire des participants pour assurer la pérennisation de nos actions auprès des populations locales. Nous demandons à chacun des participants de prévoir une contribution mensuelle de 650 euros.

La cotisation vous donne accès à…

  • Des repas cuisinés par nos trois charmantes responsables de maison.
  • L’hébergement dans un appartement meublé situé dans le centre-ville de Diego Suarez.
  • Les ressources informationnelles et le matériel nécessaire pour le bon déroulement de votre mission.
  • L’encadrement de votre mission par des responsables formés et compétents.
  • Une caisse permettant de défrayer les frais de communication et de déplacement engagés pour la réalisation de votre mission.
  • Une transparence financière et morale de la part d’Azimut qui publie un rapport annuel.

La cotisation permet de payer…

  • Les salaires des employés et les gratifications des stagiaires locaux.
  • La location des locaux de travail.
  • Les frais de services : eau, électricité, boite postale, Internet, téléphone.
  • Le maintien du site web.
  • L’achat de nouveau matériel nécessaire à la réalisation des missions.
  • L’entretien et le renouvellement du matériel, de l’équipement et des espaces de travail.
  • La participation à des événements nationaux et internationaux.

Le participant doit débourser l’ensemble de ses contributions mensuelles avant son arrivée à Madagascar. Le coût des vols aériens, du visa, de l’équipement personnel, des médicaments et des vaccins est assumé par le participant.

Vous-êtes intéressés ?

Les candidats intéressés sont priés de soumettre le formulaire de candidature, leur curriculum vitae, ainsi qu’une courte lettre de motivation à stages@tous-azimuts.org.

Billet #2 : stagiaires bénévoles en action à Diego Suarez !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Depuis février 2016, l’ONG Azimut s’est ralliée aux efforts des nombreux acteurs de la Commune Urbaine de Diego Suarez (CUDS) afin de mobiliser la jeunesse diégolaise et former une relève de citoyens bénévoles investis dans la protection de l’environnement au sein de la commune.

Nous avons amorcé notre démarche en menant des entretiens individuels avec des personnes ressources de la communauté. Ces premiers échanges ont permis de constituer un groupe de réflexion rassemblant différents acteurs de la société de la CUDS. Suite à quoi, une troupe de jeunes bénévoles s’est joint à notre projet.

La finalité de cette démarche est de contribuer à amoindrir les causes sous-jacentes suivantes de l’état préoccupant de l’environnement de la CUDS. Parmi ces causes ont retrouve :

  • La situation politique dont la fragilité perdure, accompagnée d’une perte de confiance dans les autorités ralentit le développement économique.
  • L’accroissement rapide de la population accélère la dégradation et le recours aux ressources primaires.
  • La faiblesse des efforts d’éducation civique et environnementale aux différents échelons de la société.
  • La coordination difficile entre les acteurs sociaux, institutionnels et associatifs.
  • La pénurie de leaders environnementaux et de modèles sur lesquels se fier.

Il ne s’agit pas de se substituer aux programmes d’appui pour les jeunes déjà en place mais plutôt de réfléchir à un modèle différent qui part de nous, citoyens de la Commune.

Joëlle Dio Dize, Astelin Rajoby, Mouna Souleman, Landry Belelahy et Marino Arnaldo Dahy, les cinq stagiaires qui se sont joint à notre équipe, vous présente ci-dessous la mission qu’ils souhaitent remplir au courant des mois de juin et juillet 2016 :

blog - 28 juin 2016 2de3Laissons la voix aux jeunes !

« Nous allons tenter d’associer de jeunes bénévoles comme nous dans la défense des causes citoyennes et environnementales. Pour y arriver nous souhaitons valoriser la voix des jeunes dans la conception de cette initiative citoyenne. Nous avons déjà intégré le groupe de réflexion constitué pour l’instant d’une vingtaine de personnes ressources où nous avons été amenés à enrichir les débats sur le bénévolat et aussi faire entendre les besoins des jeunes. »

Parlons des bienfaits du bénévolat !

« Le bénévolat on n’en parle pas assez ! Pourtant c’est une activité à laquelle participent des milliers de jeunes au sein de la commune urbaine de Diego Suarez par leur engagement dans des structures associatives en tout genre. Nous souhaitons développer une stratégie de communication autour du bénévolat afin de redorer son statut et démontrer les avantages qu’il confère surtout en ce qui concerne l’insertion professionnelle des jeunes.

Mesdames et messieurs responsables des médias, si vous êtes sensibles à notre cause on vous lance un appel pour nous aider à intensifier cette stratégie! »

blog - 28 juin 2016 3de3Développons des outils pour les jeunes, par les jeunes !

« L’une des tâches de notre mission consiste à développer une série d’outils qui vont permettre de faciliter la prise de contact entre les différents acteurs et simplifier l’organisation des activités par les associations et clubs de jeunes. Il s’agit d’une série de portfolios qu’on aimerait diffuser tous les ans, en plusieurs centaines d’exemplaires, soit en ligne, soit dans les différents bureaux de la ville, soit directement auprès des associations et clubs de jeunes. Nous souhaitons que ces outils se retrouvent partout! Nous espérons à terme contribuer à harmoniser et multiplier les actions bénévoles pour la protection de l’environnement au sein de la commune.

Les défis sont nombreux et nous nous sommes déjà penchés sur la question suivante avec Monsieur Francklin Reydellet, Animateur de la CUDS : Comment assurer la pérennité de la mise à jour de ces portfolios ? Nous vous en dirons plus à ce sujet au courant de nos prochains billets Stagiaires bénévoles en action à Diego Suarez! »

Billet #1 : stagiaires bénévoles en action à Diego Suarez !

La famille Azimut s’agrandit ! Cinq jeunes stagiaires bénévoles de la Commune Urbaine de Diego Suarez ont rejoint Azimut pour essayer de mettre en place un service citoyen d’orientation et de formation de jeunes bénévoles investis dans la protection de l’environnement.

Nous vous invitons à nous suivre au courant des deux prochains mois, pour apprendre à nous connaître, pour suivre nos activités, pour échanger avec nous et éventuellement pour vous rallier à notre cause !

Maintenant que l’invitation est lancée, commençons par le commencement : les présentations. Pour innover nous vous présentons nos pensées, illustrées par des photos, sur ce à quoi nous aimerions que notre groupe ressemble au terme de ces deux mois de collaboration.

Marino ARNALDO DAHY, stagiaire bénévole

Les fourmis représentent notre groupe car elles ne font pas de distinction entre nos provenances et compétences. Rien de tout cela n’est important. Nous sommes tous utiles à la tâche que l’on doit accomplir. Si nous arrivons à combiner nos forces, ensemble nous serons forts et nous parviendrons à atteindre notre objectif. Enfin il est important d’écouter les autres sans quoi on ne saura pas partager.

blog - 24 juin 2016 4de10

Enrico BOTOUMAMOU, Agent de développement socio-environnemental Azimut

Lorsque je regarde l’horloge murale, je me dis que le temps passe vite en deux mois. Toutefois, j’espère que le temps que nous allons passer ensemble et les expériences que nous aurons vécues auront un effet positif dans votre vie et nous apporteront autant de joie que les enfants de cette photo.

J’aimerai qu’au terme de nos deux mois de collaboration notre groupe ressemble à l’effet « boule de neige » c’est-à-dire que ce que l’on aura créé ensemble dans la bonne humeur s’éparpille ailleurs dans les milieux où nous évoluerons.

blog - 24 juin 2016 1de10Camille MONDON, bénévole

La plume représente l’histoire que l’on s’apprête à écrire tous ensemble. J’aimerai qu’au terme de nos deux mois d’entraide et de collaboration notre groupe ai réussi à atteindre son but commun, représenté dans la deuxième photo par le baobab, symbole de puissance, de force, de robustesse !

J’achève mon séjour à Madagascar d’ici quelques jours et au terme de ma mission je me sens un peu comme la personne qui souffle sur ce pissenlit. J’espère qu’avec ce que j’aurai réussi à transmettre au groupe, vous saurez voler de vos propres ailes et ferez germer de nouvelles réflexions.

blog - 24 juin 2016 9de10Landry BELELAHY, stagiaire bénévole

J’aimerai que les membres de notre groupe soient aptes à travailler ensemble à la réalisation de notre mission, tout comme ces deux hommes sur la photo qui collaborent pour creuser un canal. Les graines qui sont dans le creux de la main de la jeune fille constituent le fruit de notre travail et la main qui les tend, notre capacité à pouvoir le partager aux autres. blog - 24 juin 2016 3de10

Mouna SOULIMAN, stagiaire bénévole

J’aimerai que les membres de notre groupe aiment, prennent plaisir et s’épanouissent dans ce qu’on va réaliser ensemble, tout comme cet homme qui a l’air heureux en faisant son travail. La deuxième photo montre que nous devons suivre le trajet et la trace de nos encadreurs en tant que stagiaire bénévole.blog - 24 juin 2016 5de10

Astelin RAJOBY, stagiaire bénévole

Au cours de nos deux mois de collaboration, je souhaite que notre groupe soit soudé et que nous soyons solidaires. Ce sont les conditions nécessaires pour que nous puissions atteindre notre objectif.blog - 24 juin 2016 6de10

Joëlle DIO DIZE, stagiaire bénévole

Je souhaite qu’on parvienne à utiliser toutes les ressources à notre disposition. D’abord on prendra ce qu’il y a de meilleur. Puis, avec le reste, on pourra quand même construire quelque chose au terme de nos deux mois de travail en groupe.blog - 24 juin 2016 7de10

Maryse Sahondra PARENT, Directrice Azimut

Le cyclone et la grosse vague représentent deux forces de la nature. Je ne veux pas qu’on les considère pour leur caractère destructeur et imprévisible mais plutôt pour leur puissance souvent insoupçonnée et à l’impact considérable. Mon souhait au terme de nos deux mois de collaboration ? Que nous soyons aussi forts que le cyclone et la vague et que suite à notre passage il engendre le renouveau.blog - 24 juin 2016 2de10

Karel LOPES, stagiaire bénévole

J’aimerai qu’il y ait quelque chose qui nous uni au-delà des différences sans modifier l’unicité que l’on a. Je souhaite que nous sachions respecter les différences. La communication est importante dans ce processus et c’est une valeur que je souhaite qu’on porte en tant que groupe.

On peut considérer que nous sommes aujourd’hui des chenilles et que pendant deux mois nous allons nous mettre dans notre cocon pour enfin devenir des papillons en espérant que les battements de nos ailes, nous permettront d’avoir des impacts au-delà de ce que nous pouvions espérer.blog - 24 juin 2016 8de10

Le Club D-Sary et la lutte contre la grossesse précoce

Un récent article paru dans la Tribune de Diego Suarez et du Nord de Madagascar, le bimensuel d’Antsiranana, attire l’attention de ses lecteurs sur les conséquences économiques et sociales désastreuses des grossesses précoces autant pour les mères que pour leurs enfants.

Une stagiaire de l’ONG Azimut, Marika Hallé Perry, secondée par quatre étudiants du programme de volontariat de l’Université d’Antsiranana, ont proposé un scénario qui a inspiré Gianfranco Henri HOUDOUNOU, bédéiste membre du Club D-Sary d’Antsiranana, dans la création d’une courte bande-dessinée. Cette BD sensibilise les adolescents et les adolescentes de la Commune Urbaine de Diego Suarez à ce troublant problème de société. La BD prend en compte les recommandations d’acteurs-clés impliqués dans l’éducation civique de ces jeunes. Le 29 avril 2015, ces acteurs-clés se sont réunis dans le bureau chef de la Région DIANA pour échanger à propos des résultats de l’enquête menée conjointement par l’ONG Azimut et la Direction Régionale de l’Éducation Nationale DIANA auprès de 77 enseignants d’éducation civique sur l’état de l’éducation à la citoyenneté et au civisme dans les établissements scolaires de la Commune Urbaine de Diego Suarez.

Les deux planches de la BD sont exposées à l’Alliance Française de Diego Suarez durant la semaine du 7 au 12 septembre 2015 au cours de la 1ère édition de la « Semaine de la BD ».

Venez nombreux pour encourager ce superbe travail ainsi que celui de nombreux autres artistes impliqués dans la sensibilisation de la jeunesse malgache !

Programme de volontariat d’étudiants de l’Université d’Antsiranana

Il s’avère difficile pour les étudiants du Pr. Totomarovario, chef du département d’études anglo-américaines à l’Université d’Antsiranana, de trouver un stage professionnalisant dans la région DIANA étant donné le peu d’offres et la compétition pour la recherche de stages avec les étudiants d’autres établissements tels que l’Institut supérieur de technologie d’Antsiranana ou l’Institut supérieur en administration d’entreprises.

Dans le but d’aider ses étudiants à se démarquer de ceux des autres établissements, le Pr. Totomarovario a monté un programme de volontariat à l’Université d’Antsiranana en février 2015 avec l’appui technique de Kim Wilson, volontaire du Corps de la Paix à Diego Suarez. L’objectif visé : donner une opportunité unique aux étudiants de pratiquer une profession tout en leur inculquant la notion de civisme et de volontariat.

Les étudiants inscrits au programme d’études anglo-américaines suivent 4 années de formation en langue anglaise et une formation professionnelle complémentaire en tourisme, en informatique, en commerce ou en enseignement. Le Pr. Totomarovario explique : « Il est important pour nos élèves de pouvoir mettre en pratique leur apprentissage au sein d’une profession où il y a de la demande sur le marché du travail. Dans le cadre du programme de volontariat mis en place, nos étudiants peuvent intervenir dans divers secteurs tels que l’art et la culture, l’éducation, les services sociaux, l’environnement, la santé, le tourisme, le sport et les loisirs.»

Kim Wilson, qui s’est chargée du suivi des élèves en stage de volontariat a déjà reçu un retour positif des établissements hôtes. Ces derniers ont noté une différence notable dans la qualité des prestations fournies par les stagiaires qui ont reçu une formation préalable au volontariat et les étudiants des autres d’établissements.

Azimut accueille depuis la mi-février, quatre stagiaires issus de ce programme qui appuient le projet de dynamisation de l’enseignement de l’éducation civique au sein des écoles primaires et secondaires de la Commune Urbaine de Diego Suarez. Il s’agit de Mesdemoiselles Sabrina Marizafy, Zara Zaramasy et Hèrgonia Jolie Rabevita et de Monsieur Algatin Gualbert Razafintsadahy.

Pour en apprendre d’avantage sur ce programme, contactez le professeur Alex Totomarovario : marovalex.02@gmail.com.

Azimut s’implique dans l’éducation civique des jeunes à Diego Suarez

L’Office de l’Education de Masse et du Civisme (OEMC) et le Service Fondamental de l’Éducation (SFE) au sein de la Direction Régionale de l’Enseignement National DIANA (DREN) sont d’avis que l’éducation civique connait à Madagascar de grandes difficultés. Faute d’un financement suffisant de l’État, le programme d’éducation civique a été retiré en l’an 2000 du curriculum des lycées.

De plus certains des établissements primaires et secondaires de Diego Suarez feraient la part congrue à cette matière. Serait-ce là une part d’explication au manque d’intérêt de la population vis-à-vis la malpropreté et la pollution des lieux publics ? Devrait-on y attribuer une des causes de la montée de la délinquance et du décrochage scolaire, de la sexualité précoce, du non-respect des valeurs familiales et culturelles, de la difficulté de s’occuper d’autrui et de se préoccuper du bien commun ? Plusieurs citoyens sont même d’avis que le manque de civisme se traduirait par l’accroissement de l’abstention électorale, de la fraude fiscale et de la corruption.
La réaction à cet état de fait est amorcée. En effet depuis 2014, le programme d’éducation civique est en phase de réintégration et une mise à jour est prévue au sein de l’enseignement national. La DREN de la Région DIANA attend les directives de la capitale. Le Service Régional de l’Éducation de Masse et du Civisme à Diego Suarez (SREMC) effectue des démarches de sensibilisation auprès des parents d’élèves depuis le début de l’année 2015. L’OEMC est d’avis que la promotion du civisme passe par les parents et par les autorités scolaires. Il s’agirait d’élaborer un programme pour favoriser l’apprentissage de notions de civisme autant chez les adultes que chez les élèves. Ce programme entre dans le cadre de la nouvelle Politique Municipale de Développement Social de la Commune Urbaine de Diego Suarez.

Conscients de l’importance de renforcer le civisme et le sens moral chez les jeunes, certains établissements privés de Diego Suarez inscrivent à leur horaire quelques heures de cours d’éducation civique. C’est le cas de l’école privée Blanche Neige (EPBM), un établissement créé en 2010, qui accueille 75 élèves allant de la classe maternelle jusqu’à la fin du secondaire. Confrontée au manque de moyens matériels et à l’inexpérience de ses enseignants en matière d’éducation civique, la directrice, madame Alice Aimée Randimbialifera souhaiterait tracer la voie dans l’enseignement de cette matière. Elle a fait appel à Azimut pour élaborer un programme d’éducation civique destiné aux élèves de l’EPBM. Il s’agit d’innover en proposant d’abord une méthode dynamique de formation du personnel enseignant.

Mademoiselle Marika Hallé Perry, stagiaire Azimut prendra les rênes de ce projet du mois de février au mois de mai 2015. Marika est étudiante en Communication, profil Relations Humaines à l’Université du Québec à Montréal au Canada. Marika étudiera les besoins et les attentes de l’EPBM et des partenaires techniques impliqués dans l’éducation civique et morale des jeunes de Diego Suarez. Elle proposera des avenues d’intégration des activités d’éducation civique dans le programme d’études. Elle suggérera des activités ludiques en tenant compte des moyens financiers disponibles et accompagnera le personnel de l’EPBM dans l’enseignement de cette matière.

Bienvenue Marika !