Des actions pour la jeunesse et l’environnement à Diego Suarez

blog - 22 mars 2017 1de2Depuis février 2016, l’ONG Azimut s’est ralliée aux efforts des nombreux acteurs de la Commune Urbaine de Diego Suarez (CUDS) pour mobiliser la jeunesse diégolaise dans le but de  former une relève de citoyens bénévoles qui s’investiront dans la protection de l’environnement et dans l’amélioration des conditions sociales.

Azimut a amorcé cette démarche en menant d’abord des entretiens individuels avec des personnes ressources. Ensuite en s’appuyant sur les suggestions obtenues de ces personnes ressources, Azimut a constitué un groupe de réflexion pour créer un modèle de collaboration entre différents acteurs de la société et des jeunes de la CUDS. Un groupe de jeunes bénévoles aux capacités renforcées en leadership, en communication, en rétroaction et en techniques d’approche a également été mis sur pied (Voir articles : Billet #1 et Billet #2).

blog - 22 mars 2017 2de2Toute cette démarche a été mise en place pour contribuer à répondre aux nombreuses problématiques de formation d’éco-citoyens (Voir article: Promotion du bénévolat malgache pour la protection de l’environnement : une solution ?) qui ont été soulevées par les acteurs de la commune. Le but d’Azimut n’est pas de se substituer aux programmes ou aux initiatives pour les jeunes déjà en place mais plutôt de réfléchir à un modèle différent inspiré par la base, c’est-à-dire par des citoyens de la Commune.

Élise Lortie, Stephano Boudi et Rodriguez Belalahy, ont pris la relève de ce défi en ce début d’année 2017. Tous les trois stagiaires de l’ONG Azimut, ils se sont donné pour mission de poursuivre les efforts déjà entamés par l’ONG Azimut et ses collaborateurs en 2016 afin de contribuer à l’inclusion des jeunes citadins de Diego Suarez au processus de développement de la région. Au cours des 3 prochains mois ils auront pour tâches de :

  • Développer et diffuser 3 outils d’appui aux jeunes utiles à la réalisation d’activités bénévoles de protection environnementale ;
  • Définir une stratégie de mise à jour de ces outils ;
  • Évaluer l’effectivité de ces outils dans la réalisation d’activités de protection environnementale.

Huiles alimentaires usées : un « bio-déchet » à valoriser en biocarburant

La Tribune de Diego Suarez et du Nord de Madagascar a publié un article dans son numéro 162 sur le projet de valorisation des huiles alimentaires usées que mène Moustapha Zafilahy et Marine Ridoire, bénévoles de l’ONG Azimut à Madagascar. Voici l’extrait de cet article :

blog - 11 juillet 2016 1de2Pourquoi ne pas utiliser un déchet pour produire de l’énergie « propre » ? Voici le défi que se sont lancé Moustapha Zafilahy et Marine Ridoire, deux jeunes ingénieurs tout justes diplômés en hydraulique-énergétique et en eau-environnement. À terme, ils souhaitent recycler les huiles alimentaires usées (HAU) pour alimenter les moteurs diesel des générateurs utilisés dans les communes rurales.

La collecte des HAU se fait déjà là où la population est sensibilisée aux méfaits de l’utilisation prolongée d’une huile sur la santé et au rejet des huiles usées dans l’environnement. À Madagascar, la mise en place d’un système de collecte des HAU présente un challenge à relever. En effet, il arrive que des huiles de friture usées en provenance des restaurants et des gargotes de Diego Suarez soient revendues sur le marché local ou remises aux employés pour usage alimentaire personnel. Et pour cause, l’huile de cuisson est un produit alimentaire de première nécessité relativement couteux que l’on a malheureusement pour la santé tendance à réutiliser jusqu’à sa quasi complète absorption dans les aliments frits.

Moustapha et Marine, croient toutefois à la faisabilité de recycler en biocarburant les HAU pour la production d’électricité. Ils ont lancé une étude afin de connaître le potentiel d’HAU à Diego Suarez et ses alentours. Ils cherchent à vérifier si leur projet est réalisable à long terme. Monsieur Abdou Salama, Directeur Interrégional de l’Énergie et des Hydrocarbures soutient l’étude de ce projet. Depuis un mois et demi, ces jeunes porteurs de projet démarchent les restaurants, les gargotes et les industriels de Diego Suarez et ses alentours à la recherche de litres d’huiles de friture usées. Mais la collecte de ces huiles n’est pas aussi facile que l’on pourrait le croire. Six restaurateurs ont décidé de les aider dans leur projet : Le Melville, Le Village, GG Lamour, La Cambusa, Le Raphia et Le Bistrot Colbert. Chacun d’eux s’est proposé de mettre de côté leurs HAU qui sont collectées une fois par semaine. Le duo d’ingénieurs est parvenu à collecter plusieurs litres d’huiles. Bien que loin de l’atteinte de leur objectif final ils restent motivés et confiants pour la suite de leur projet. En effet, les restaurateurs ne sont pas les seuls à utiliser des huiles dans leur cuisine. La population locale, elle aussi utilise de l’huile pour cuisiner bien qu’elle ne l’utilise pas toujours de manière économe malgré un coût relativement élevé du litre d’huile. Moustapha et Marine savent que pour réussir une collecte efficace des HAU, les facteurs sociaux et économiques de la population de Diego Suarez doivent être pris en compte.

blog - 11 juillet 2016 2de2Afin de commencer à sensibiliser le grand public sur les méfaits de l’utilisation répétée d’une même huile alimentaire, une première campagne de sensibilisation sera initiée par la diffusion d’un court reportage sur le projet (méfaits sur la santé, impacts sur l’environnement, valorisation de déchets…) avec l’intervention de différents acteurs locaux dans le but de pouvoir répondre aux questions du grand public. Cette projection, en partenariat avec l’Alliance française d’Antsiranana, sera diffusée à chaque avant-première de la séance Cinéquartier au courant des deux prochains mois.

Finalement, ce projet permettra de réduire la dépendance au gasoil, de favoriser l’accès à l’énergie dans les zones rurales, de redonner une deuxième vie à un déchet et de réduire l’impact néfaste sur la santé d’une consommation de HAU.

APPEL À PARTICIPATION CITOYENNE

Si vous aussi vous souhaitez participer au projet, un bidon de collecte de vos huiles alimentaires usées sera mis à votre disposition au magasin SCORE de la rue Colbert d’ici la semaine prochaine.

Pour tout renseignement complémentaire, contactez :
Moustapha Zafilahy, Tél. 032 28 123 19, moussezafy@gmail.com
Marine Ridoire, Tél. 034 16 870 98, marine.ridoire@wanadoo.fr

UN « BIO-DÉCHET », TRANSFORMÉ EN BIOCARBURANT !

Chaque résidu biodégradable liquide ou solide est considéré comme un bio-déchet. Les huiles alimentaires issues de végétaux sont donc assimilées à des résidus biodégradables une fois leur vie utile dépassée.

La technique de raffinage des HAU en biocarburant est simple et non polluante. Une simple décantation/filtration de HAU mélangées au gasoil selon un ratio déterminé peut servir de carburant pour les moteurs diesel. Ce mélange permet une diminution significative des émissions de monoxyde de carbone et de CO2 à la sortie du générateur.

Au final, le bénéfice écologique est double car il ne faut pas oublier qu’il s’agit de déchets auxquels on a assigné une seconde vie !

LES MÉFAITS DES HUILES ALIMENTAIRES USÉES SUR LA SANTÉ HUMAINE !

Les huiles alimentaires contiennent des corps gras. Cependant, la fin de leur vie utile une fois atteinte, les corps gras produisent des acides nocifs pour la santé.

Cela se traduit par des problèmes de circulation sanguine. En effet, les artères peuvent être colmatées par ces acides gras. De nombreuses études montrent que les maladies cardiovasculaires sont causées par une consommation importante de corps gras ou une mauvaise alimentation.

La teneur en acides gras d’une pomme de terre passée à la friture est 100 fois supérieure sa teneur de base d’une valeur de 0,1g. Plus une huile chauffe, plus elle crée des molécules toxiques qui se développent dans le bain d’huile pour se retrouver finalement dans les aliments que l’on ingère.

Tout cela se résume-t-il alors à une simple question de cuisson et de consommation ? Effectivement, on pourra considérer qu’une huile alimentaire peut être utilisable jusqu’à 5 fois avant de commencer à devenir toxique pour le corps humain. Au-delà de 5 utilisations, le risque que les corps gras soient nocifs grandit considérablement.

Billet #2 : stagiaires bénévoles en action à Diego Suarez !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Depuis février 2016, l’ONG Azimut s’est ralliée aux efforts des nombreux acteurs de la Commune Urbaine de Diego Suarez (CUDS) afin de mobiliser la jeunesse diégolaise et former une relève de citoyens bénévoles investis dans la protection de l’environnement au sein de la commune.

Nous avons amorcé notre démarche en menant des entretiens individuels avec des personnes ressources de la communauté. Ces premiers échanges ont permis de constituer un groupe de réflexion rassemblant différents acteurs de la société de la CUDS. Suite à quoi, une troupe de jeunes bénévoles s’est joint à notre projet.

La finalité de cette démarche est de contribuer à amoindrir les causes sous-jacentes suivantes de l’état préoccupant de l’environnement de la CUDS. Parmi ces causes ont retrouve :

  • La situation politique dont la fragilité perdure, accompagnée d’une perte de confiance dans les autorités ralentit le développement économique.
  • L’accroissement rapide de la population accélère la dégradation et le recours aux ressources primaires.
  • La faiblesse des efforts d’éducation civique et environnementale aux différents échelons de la société.
  • La coordination difficile entre les acteurs sociaux, institutionnels et associatifs.
  • La pénurie de leaders environnementaux et de modèles sur lesquels se fier.

Il ne s’agit pas de se substituer aux programmes d’appui pour les jeunes déjà en place mais plutôt de réfléchir à un modèle différent qui part de nous, citoyens de la Commune.

Joëlle Dio Dize, Astelin Rajoby, Mouna Souleman, Landry Belelahy et Marino Arnaldo Dahy, les cinq stagiaires qui se sont joint à notre équipe, vous présente ci-dessous la mission qu’ils souhaitent remplir au courant des mois de juin et juillet 2016 :

blog - 28 juin 2016 2de3Laissons la voix aux jeunes !

« Nous allons tenter d’associer de jeunes bénévoles comme nous dans la défense des causes citoyennes et environnementales. Pour y arriver nous souhaitons valoriser la voix des jeunes dans la conception de cette initiative citoyenne. Nous avons déjà intégré le groupe de réflexion constitué pour l’instant d’une vingtaine de personnes ressources où nous avons été amenés à enrichir les débats sur le bénévolat et aussi faire entendre les besoins des jeunes. »

Parlons des bienfaits du bénévolat !

« Le bénévolat on n’en parle pas assez ! Pourtant c’est une activité à laquelle participent des milliers de jeunes au sein de la commune urbaine de Diego Suarez par leur engagement dans des structures associatives en tout genre. Nous souhaitons développer une stratégie de communication autour du bénévolat afin de redorer son statut et démontrer les avantages qu’il confère surtout en ce qui concerne l’insertion professionnelle des jeunes.

Mesdames et messieurs responsables des médias, si vous êtes sensibles à notre cause on vous lance un appel pour nous aider à intensifier cette stratégie! »

blog - 28 juin 2016 3de3Développons des outils pour les jeunes, par les jeunes !

« L’une des tâches de notre mission consiste à développer une série d’outils qui vont permettre de faciliter la prise de contact entre les différents acteurs et simplifier l’organisation des activités par les associations et clubs de jeunes. Il s’agit d’une série de portfolios qu’on aimerait diffuser tous les ans, en plusieurs centaines d’exemplaires, soit en ligne, soit dans les différents bureaux de la ville, soit directement auprès des associations et clubs de jeunes. Nous souhaitons que ces outils se retrouvent partout! Nous espérons à terme contribuer à harmoniser et multiplier les actions bénévoles pour la protection de l’environnement au sein de la commune.

Les défis sont nombreux et nous nous sommes déjà penchés sur la question suivante avec Monsieur Francklin Reydellet, Animateur de la CUDS : Comment assurer la pérennité de la mise à jour de ces portfolios ? Nous vous en dirons plus à ce sujet au courant de nos prochains billets Stagiaires bénévoles en action à Diego Suarez! »

Billet #1 : stagiaires bénévoles en action à Diego Suarez !

La famille Azimut s’agrandit ! Cinq jeunes stagiaires bénévoles de la Commune Urbaine de Diego Suarez ont rejoint Azimut pour essayer de mettre en place un service citoyen d’orientation et de formation de jeunes bénévoles investis dans la protection de l’environnement.

Nous vous invitons à nous suivre au courant des deux prochains mois, pour apprendre à nous connaître, pour suivre nos activités, pour échanger avec nous et éventuellement pour vous rallier à notre cause !

Maintenant que l’invitation est lancée, commençons par le commencement : les présentations. Pour innover nous vous présentons nos pensées, illustrées par des photos, sur ce à quoi nous aimerions que notre groupe ressemble au terme de ces deux mois de collaboration.

Marino ARNALDO DAHY, stagiaire bénévole

Les fourmis représentent notre groupe car elles ne font pas de distinction entre nos provenances et compétences. Rien de tout cela n’est important. Nous sommes tous utiles à la tâche que l’on doit accomplir. Si nous arrivons à combiner nos forces, ensemble nous serons forts et nous parviendrons à atteindre notre objectif. Enfin il est important d’écouter les autres sans quoi on ne saura pas partager.

blog - 24 juin 2016 4de10

Enrico BOTOUMAMOU, Agent de développement socio-environnemental Azimut

Lorsque je regarde l’horloge murale, je me dis que le temps passe vite en deux mois. Toutefois, j’espère que le temps que nous allons passer ensemble et les expériences que nous aurons vécues auront un effet positif dans votre vie et nous apporteront autant de joie que les enfants de cette photo.

J’aimerai qu’au terme de nos deux mois de collaboration notre groupe ressemble à l’effet « boule de neige » c’est-à-dire que ce que l’on aura créé ensemble dans la bonne humeur s’éparpille ailleurs dans les milieux où nous évoluerons.

blog - 24 juin 2016 1de10Camille MONDON, bénévole

La plume représente l’histoire que l’on s’apprête à écrire tous ensemble. J’aimerai qu’au terme de nos deux mois d’entraide et de collaboration notre groupe ai réussi à atteindre son but commun, représenté dans la deuxième photo par le baobab, symbole de puissance, de force, de robustesse !

J’achève mon séjour à Madagascar d’ici quelques jours et au terme de ma mission je me sens un peu comme la personne qui souffle sur ce pissenlit. J’espère qu’avec ce que j’aurai réussi à transmettre au groupe, vous saurez voler de vos propres ailes et ferez germer de nouvelles réflexions.

blog - 24 juin 2016 9de10Landry BELELAHY, stagiaire bénévole

J’aimerai que les membres de notre groupe soient aptes à travailler ensemble à la réalisation de notre mission, tout comme ces deux hommes sur la photo qui collaborent pour creuser un canal. Les graines qui sont dans le creux de la main de la jeune fille constituent le fruit de notre travail et la main qui les tend, notre capacité à pouvoir le partager aux autres. blog - 24 juin 2016 3de10

Mouna SOULIMAN, stagiaire bénévole

J’aimerai que les membres de notre groupe aiment, prennent plaisir et s’épanouissent dans ce qu’on va réaliser ensemble, tout comme cet homme qui a l’air heureux en faisant son travail. La deuxième photo montre que nous devons suivre le trajet et la trace de nos encadreurs en tant que stagiaire bénévole.blog - 24 juin 2016 5de10

Astelin RAJOBY, stagiaire bénévole

Au cours de nos deux mois de collaboration, je souhaite que notre groupe soit soudé et que nous soyons solidaires. Ce sont les conditions nécessaires pour que nous puissions atteindre notre objectif.blog - 24 juin 2016 6de10

Joëlle DIO DIZE, stagiaire bénévole

Je souhaite qu’on parvienne à utiliser toutes les ressources à notre disposition. D’abord on prendra ce qu’il y a de meilleur. Puis, avec le reste, on pourra quand même construire quelque chose au terme de nos deux mois de travail en groupe.blog - 24 juin 2016 7de10

Maryse Sahondra PARENT, Directrice Azimut

Le cyclone et la grosse vague représentent deux forces de la nature. Je ne veux pas qu’on les considère pour leur caractère destructeur et imprévisible mais plutôt pour leur puissance souvent insoupçonnée et à l’impact considérable. Mon souhait au terme de nos deux mois de collaboration ? Que nous soyons aussi forts que le cyclone et la vague et que suite à notre passage il engendre le renouveau.blog - 24 juin 2016 2de10

Karel LOPES, stagiaire bénévole

J’aimerai qu’il y ait quelque chose qui nous uni au-delà des différences sans modifier l’unicité que l’on a. Je souhaite que nous sachions respecter les différences. La communication est importante dans ce processus et c’est une valeur que je souhaite qu’on porte en tant que groupe.

On peut considérer que nous sommes aujourd’hui des chenilles et que pendant deux mois nous allons nous mettre dans notre cocon pour enfin devenir des papillons en espérant que les battements de nos ailes, nous permettront d’avoir des impacts au-delà de ce que nous pouvions espérer.blog - 24 juin 2016 8de10

Débat public: Comment motiver les jeunes d’Antsiranana à participer aux activités qu’on leur propose ?

blog - 25 avril 2016Les jeunes de la Commune Urbaine de Diego Suarez ont été invités à participer à un débat sur la thématique de l’action bénévole le samedi 26 mars 2016 au café Antirouille de l’Alliance Française de Diego Suarez.

Les organisateurs? L’Association des Jeunes Honnêtes et Intègres et l’Association des Journalistes Professionnels d’Antsiranana (AJPRO).

Les participants  ont échangé  avis et opinions sur la question suivante : Comment motiver les jeunes à participer aux activités qu’on leur propose ?

Voici un résumé des échanges :

RACHIDY Ahamada Ali – Directeur Exécutif à la Maison d’Arnaud :

« Beaucoup d’associations créées, rien de concret réalisé.

«Quand j’étais plus jeune j’ai adhéré à des mouvements associatifs qui menaient des actions qui m’ont interpellé et impressionnée.

Suite à une sensibilisation sur l’engagement bénévole on m’avait dit qu’en adhérant à une association de mon choix j’aurais des avantages en retour de mon implication. Je me ferais de nouvelles relations, j’aurais des responsabilités et des opportunités de voyager. Ce sont des avantages que je n’ai pas compris sur le coup et dont je n’ai pas de suite saisi l’importance.

Avec le temps, je me suis rendu compte que ma participation associative ne correspondait pas à mes attentes ni à celles qu’on m’avait promises. On organisait beaucoup de réunions qui ne menaient pas à grand-chose. Je me posais toujours la même question : pourquoi se réunit-on tous les jours? Puisque je n’ai pas trouvé de réponse à ma question, j’ai quitté le milieu associatif.

J’ai réalisé plus tard que je m’étais trompé! Mon engagement et les retours que j’en aurai ne dépendaient que de ma volonté d’agir.

Ce phénomène de démotivation que je viens de vous décrire affecte à mon avis la mentalité et la motivation des jeunes d’aujourd’hui à participer à toute activité bénévole. Même si on observe de plus en plus de créations d’associations, très peu de choses concrètes sont réalisées. Les associations ne savent pas où aller et comment procéder ».

NOROZARA Évelyne – Présidente fondatrice de l’Association des Jeunes Formateurs Assistants Conseillers Études :

« Changeons notre stratégie de communication avec les jeunes

D’après moi trois choses affectent la motivation des jeunes à participer à toute activité : les jeunes n’ont pas d’outils ou de système d’accompagnement, ils sont démunis et ils font face à trop de magouilles, ce qui les démotive.

Il faut changer notre stratégie de communication avec les jeunes. Les affichages et la publicité ne fonctionnent pas. Il faut aller vers eux et leur parler clairement de la notion d’investissement de temps dans les actions bénévoles».

KOTOSON Cerveau – Responsable des activités culturelles et artistiques de l’Université d’Antsiranana :

« Les jeunes évoluent dans un monde où tout est polémique et tout est politique.

Mon constat est plus global. Ce sont les adultes qui ont créé les jeunes et ce sont aussi les adultes qui ont créé l’alcool et les drogues diverses que consomment les jeunes. Bien sûr chaque personne relève de l’inné et de l’acquis. Mais un jeune imite ce qu’il voit. Alors n’oublions pas la part de responsabilité qu’ont les adultes envers nos jeunes et arrêtons de leur faire porter le blâme si on doit trouver un coupable sur le problème de motivation des jeunes à participer à toute activité. Il existe très peu de modèles dans le monde adulte sur lesquels les jeunes peuvent se fier. Les jeunes évoluent dans un monde où tout est polémique et tout est politique.

Le bénévolat intégral existe-t-il vraiment ? Comment un individu peut-il être bénévole s’il peine à remplir sa marmite ? Il faut prévenir les jeunes qu’avant d’obtenir des résultats de leur implication à une action bénévole par exemple il y a un travail à fournir et ils vont souffrir!

REYDELLET Franklin – Animateur Jeunesse de la Commune Urbaine de Diego Suarez :

« Le manque d’infrastructure pour les jeunes n’est qu’une excuse pour ne rien faire.

Le manque d’outils et d’infrastructures pour susciter la motivation des jeunes à participer à toute activité ne sont que des excuses pour ne rien faire! La question qu’il faut se poser c’est : A-t-on la volonté ? Prenez la Maison des Jeunes d’Antsiranana par exemple. Elle a été construite et inaugurée il y a deux ans et on ne remarque aucun changement de motivation chez les jeunes malgré la création de cette nouvelle infrastructure.

En ce qui concerne l’organisation de ce débat : Pourquoi les jeunes ne sont pas venus en grand nombre ? Leur participation va leur apporter quoi ? Si on souhaite organiser un événement pour les jeunes il faut tenir compte de quatre éléments :

  1. Du moment qu’on choisit. Ce sont les vacances de Pâques en ce moment, donc pour un jeune le choix est vite fait entre participer à une réunion sur le bénévolat et faire la fête.
  1. Du canal de communication qu’on emploie. La motivation des jeunes à participer à un événement dépendra de la personne qui va les appeler à participer. La radio et la télé sont aussi des bons moyens de communication.
  1. Du type d’évènement qu’on organise. Le spectacle attire les jeunes. Comme par exemple lorsque nous organisons des sketchs avec la troupe d’Etweky, la salle de l’Alliance Française est pleine à craquer.
  1. Du lieu qu’on utilise. Allons vers les jeunes dans les fokontany.»

Maryse Sahondra PARENT – Directrice générale de l’ONG AZIMUT, membre de l’Organisation de la Société Civile pour l’Environnement Mandresy :

« Vous dites que Diego Suarez est la ville où personne ne sait dire « non ». Vous ajoutez que ce comportement serait lié soit à la mauvaise foi soit à la peur des jeunes à prendre des responsabilités et à s’engager.

Une dame du nom de Vavyhely qui s’intéresse beaucoup à la psychologie de l’enfant m’a un jour raconté ceci : un enfant de 2 ou 3 ans qui commence à parler, s’affirme en disant « non ». « Non, je ne veux pas me brosser les dents! » ou « Non, je ne veux pas manger mes légumes! ». Ce « non » serait une forme verbale banale qu’utilisent les enfants pour se différencier des autres, pour s’affirmer. Or pour la majorité des parents à Diego Suarez, lorsqu’un enfant dit « non » à ses parents on le traite de maditry (vilain). Les enfants grandissent en associant le « non » à un comportement vilain. Lorsque vous me dite que le « oui » qu’on évoque tout le temps poserait un réel problème au développement et au réel engagement des jeunes, je vous croîs!

RANAIVO ARIVELO Mc Gordon – éternel éducateur, fondateur de l’Organisation de la Société Civile pour l’Environnement Mandresy :

« Encouragez les jeunes à aimer la chose dans laquelle vous souhaitez qu’ils s’engagent et ils vous suivront !

La motivation on doit la trouver à l’intérieur de soi. Les personnes qui aiment mâcher le katy par exemple vont dépenser 3 000 MGA quotidiennement. Comment est-ce qu’en période de crise et de misère ces personnes arrivent-elles quand même à trouver l’argent pour se payer un simple plaisir quotidien ? C’est parce qu’ils aiment le katy. Mon conseil : encouragez les jeunes à aimer la chose dans laquelle vous souhaitez qu’ils s’engagent et ils vous suivront !

Ne prenez pas modèle sur des adultes qui vous déçoivent. Résistez à ces primates! Ne soyez plus révolté et réagissez! L’expérience c’est ce qu’il vous reste lorsque vous avez tout oublié! Engagez-vous! N’attendez pas des avantages.

Jeune, c’est un genre, une catégorie sociale. Vous êtes le présent de la société. Vous choisissez à travers l’expérience heureuse et malheureuse des adultes.

Il faut impliquer les responsables de la CISCO et de la Direction Régionale de l’Éducation Nationale DIANA dans les débats que vous souhaitez organiser».

Une étudiante de l’Université d’Antsiranana :

« La motivation des jeunes d’aujourd’hui c’est l’appât du gain.

Lorsque j’ai dit à mes camarades et collègues de l’université que j’allais participer au débat d’aujourd’hui, ils m’ont demandé ce que j’allais gagner en échange de ma participation. C’est cela la mentalité des jeunes d’aujourd’hui. Ils ne se focalisent que sur l’argent. Quand on organise un concours ou un évènement on demande toujours ce qu’on a à gagner pour participer. »

PILLAR Nino – bédéiste professionnel et membre fondateur du Club D-Sary à l’Alliance Française de Diego Suarez :

« Je ne suis pas convaincu de votre démarche pour attirer les jeunes.

(En s’adressant aux membres de l’Association Jeunes Intègres et Honnêtes) La thématique que vous avez choisie initialement pour votre débat « Jeunes et Bénévolat: l’argent est-il un atout ou un frein à l’initiative et à la participation citoyenne » n’est d’après moi pas inclusive et n’attira pas les jeunes comme vous l’espérez. Les mots que vous utilisez sont trop abstraits comme « bénévolat »  ou « participation citoyenne ». Si le public visé par vos échanges ce sont les jeunes alors il faudrait revoir tous ensemble votre stratégie de communication. Jusqu’à présent, je ne suis pas encore convaincu. »

Un jeu d’éducation à l’environnement vers un développement durable: version Diego Suarez

En 1991, Vintsy, le trimestriel malgache d’orientation écologique publie un article alarmant : « La Montagne d’Ambre : Avant qu’il ne soit trop tard ». On y attirait l’attention sur l’approvisionnement en eau potable de la ville d’Antsiranana. Cette eau provient de sources type lac de cratères situées dans le parc national de la Montagne d’Ambre. Selon le magazine Vintsy, sur les 70 sources recensées dans la Montagne d’Ambre, il n’en restait plus que 18. Un technicien de la JIRAMA, la compagnie nationale qui assure l’alimentation en eau et en électricité à Madagascar, nous informe que le nombre de sources actuelles est de 6.

Or, du fait de la démographie galopante, et partant de l’augmentation concomitante des besoins en eau et énergie, la ressource hydrique du territoire de l’Association des Communes du Pôles Urbain (ACPU D/S) fait l’objet de pressions qui vont s’accroissant. En réaction l’ACPU D/S a élaboré une stratégie de gestion des ressources naturelles dont l’un des objectifs vise le renforcement de l’écocitoyenneté, en particulier auprès des jeunes. Un des moyens pour atteindre cet objectif est de promouvoir des activités qui favorisent l’éducation à l’environnement vers un développement durable. Cette initiative recueillerait l’appui des établissements scolaires. En effet l’ensemble des enseignants et des acteurs locaux impliqués dans l’éducation à l’environnement vers un développement durable s’entendent sur le fait que les sorties scolaires de groupes d’élèves et d’étudiants suscitent l’intérêt de ces derniers et favorisent dans la foulée leur apprentissage à la protection de l’environnement.

Toutefois, organiser de telles sorties n’est pas une tâche de tout repos. Face au budget restreint des établissements scolaires, aux classes surchargées, aux difficultés à assurer le transport des élèves et leur sécurité, l’ACPU D/S a suggéré à chaque commune de désigner sur leur territoire un site où les enseignants amèneraient leurs élèves pour y conduire des séances de travaux pratiques.

La Commune Urbaine de Diego Suarez (CUDS) a arrêté son choix sur le Jardin Tropical, une mini forêt humide située en plein cœur de Diego Suarez. Une équipe, placée sous la houlette de l’ONG Azimut, a monté un jeu qui à la fois intègre les principes de l’éducation au développement durable et de plus épouse les objectifs fixés par la Politique nationale d’éducation relative à l’environnement et au développement durable (P.E.r.E.D.D, décret n°2013-880). Le jeu en question contribue à la mise en œuvre de la stratégie de gestion des ressources naturelles de l’ACPU D/S, répond aux besoins des enseignants et de la commune et est modulable selon les divers groupes d’âge. Il intègre aussi les activités des personnes impliquées dans la gestion de la forêt et de l’eau douce dans la région DIANA.

L’essentiel de ce jeu est de proposer aux élèves des questions à répondre concernant l’origine de cette eau  qui sort des robinets et des puits de la ville dans le but d’expliquer le cycle naturel de l’eau. Le jeu présente des expériences réalisables en classe ou à la maison et des mises en situation pour identifier les causes de la raréfaction de l’eau potable. Il s’agit d’attirer l’attention des élèves sur la gravité des problèmes d’approvisionnement en eau potable et de les inciter à suggérer des solutions pour y obvier. Le jeu pointe le doigt sur des solutions partielles : l’utilisation de réchauds améliorés et du charbon vert. L’activité se termine par une visite du Jardin Tropical et la découverte in situ de l’importance mutuelle de l’eau et de la forêt pour le bien-être de la population.

Le jeu a été favorablement accueilli dans une série de pré-tests par les élèves qui en ont fait l’essai durant les vacances scolaires. Ils ont semblé ravis des interventions de l’animateur. Des observateurs ont assistés à une première séance : Monsieur Aly Ramasilahy ABOUDOU, Conseiller Animateur en Gestion des Ressources Naturelles du Service d’Appui Technique Intercommunal, Madame Alexandra Véronique JAOZAFY MAMY, Chef de division de l’éducation à l’environnement au sein de la DREN DIANA et Madame Sylvia Karany MBOTIANJARY, Déléguée de l’Éducation de Masse et du Civisme DIANA. Ces derniers ont évoqué quelques problèmes : d’une part certaines des expériences proposées seraient difficilement menées à terme à la maison car certains parents ne souhaitent pas que leurs enfants manipulent le matériel de cuisine ; d’autre part le site du Jardin Tropical n’est pas accessible aux écoles situées hors du quartier de la Place Kabary ; en outre certains élèves se sont dits incapables d’oser suggérer à leurs parents d’utiliser charbon vert ou réchauds améliorés.

Le jeu sera proposé aux écoles du quartier de la Place Kabary au courant de l’année scolaire 2016 qui a débuté au début octobre. L’ACPU D/S veut profiter de cette activité pour harmoniser l’enseignement scolaire et les activités que propose le Jardin Tropical.

Le Club D-Sary et la lutte contre la grossesse précoce

Un récent article paru dans la Tribune de Diego Suarez et du Nord de Madagascar, le bimensuel d’Antsiranana, attire l’attention de ses lecteurs sur les conséquences économiques et sociales désastreuses des grossesses précoces autant pour les mères que pour leurs enfants.

Une stagiaire de l’ONG Azimut, Marika Hallé Perry, secondée par quatre étudiants du programme de volontariat de l’Université d’Antsiranana, ont proposé un scénario qui a inspiré Gianfranco Henri HOUDOUNOU, bédéiste membre du Club D-Sary d’Antsiranana, dans la création d’une courte bande-dessinée. Cette BD sensibilise les adolescents et les adolescentes de la Commune Urbaine de Diego Suarez à ce troublant problème de société. La BD prend en compte les recommandations d’acteurs-clés impliqués dans l’éducation civique de ces jeunes. Le 29 avril 2015, ces acteurs-clés se sont réunis dans le bureau chef de la Région DIANA pour échanger à propos des résultats de l’enquête menée conjointement par l’ONG Azimut et la Direction Régionale de l’Éducation Nationale DIANA auprès de 77 enseignants d’éducation civique sur l’état de l’éducation à la citoyenneté et au civisme dans les établissements scolaires de la Commune Urbaine de Diego Suarez.

Les deux planches de la BD sont exposées à l’Alliance Française de Diego Suarez durant la semaine du 7 au 12 septembre 2015 au cours de la 1ère édition de la « Semaine de la BD ».

Venez nombreux pour encourager ce superbe travail ainsi que celui de nombreux autres artistes impliqués dans la sensibilisation de la jeunesse malgache !

Azimut, partenaire de l’Association des Communes du Pôle Urbain de Diego Suarez

L’Association des Communes du Pôle Urbain de Diego Suarez (ACPU D/S) fait face à d’importantes difficultés en matière de préservation des ressources naturelles de son territoire. L’ACPU D/S rédige actuellement une stratégie de gestion de ces ressources. Les sept communes de l’ACPU D/S cherchent à mutualiser les moyens mis en œuvre dans la réduction des pressions anthropiques sur la biodiversité.

La dégradation des ressources forestières d’une commune peut avoir des conséquences environnementales néfastes pour les communes limitrophes. Par exemple la déforestation suivie de l’érosion des terres sur le territoire de la commune d’Antanamitarana a provoqué l’ensablement de la partie continentale de la mangrove de la commune d’Antsahampano. Les fortes pluies entraînent terre et sable qui viennent s’entasser dans les vasières qui abritent la mangrove. Les vasières dont le niveau s’élève se solidifient et les périodes d’immersion des pieds de palétuviers par les eaux des marées diminuent. Il s’ensuit une mortalité accrue des palétuviers. Réduire l’érosion des terres de la commune d’Antanamitarana permettrait donc de réduire la dégradation de la mangrove dont les bienfaits écologiques et socio-économiques sont appréciés des populations locales.

La mise en œuvre de cette stratégie intercommunale pour la gestion des ressources naturelles s’étalera sur les années 2015 et 2016. Voici les quatre objectifs qui ont été priorisés :

  1. Assurer une bonne gouvernance de la gestion des ressources naturelles ;
  2. Informer, former, communiquer sur la thématique de la gestion des ressources naturelles ;
  3. Promouvoir et développer un écotourisme durable ;
  4. Protéger et gérer durablement ressources forestières et ressources en eau.

Une convention de partenariat a été signée le 12 juin 2015 entre l’ONG AZIMUT et le président de l’ACPU D/S, Monsieur TADAHY Lucien. AZIMUT y promet sa collaboration technique dans l’atteinte de ces objectifs en mettant à disposition son expertise et celle de ses stagiaires et volontaires pour les deux prochaines années.

Azimut s’implique dans l’éducation civique des jeunes à Diego Suarez

L’Office de l’Education de Masse et du Civisme (OEMC) et le Service Fondamental de l’Éducation (SFE) au sein de la Direction Régionale de l’Enseignement National DIANA (DREN) sont d’avis que l’éducation civique connait à Madagascar de grandes difficultés. Faute d’un financement suffisant de l’État, le programme d’éducation civique a été retiré en l’an 2000 du curriculum des lycées.

De plus certains des établissements primaires et secondaires de Diego Suarez feraient la part congrue à cette matière. Serait-ce là une part d’explication au manque d’intérêt de la population vis-à-vis la malpropreté et la pollution des lieux publics ? Devrait-on y attribuer une des causes de la montée de la délinquance et du décrochage scolaire, de la sexualité précoce, du non-respect des valeurs familiales et culturelles, de la difficulté de s’occuper d’autrui et de se préoccuper du bien commun ? Plusieurs citoyens sont même d’avis que le manque de civisme se traduirait par l’accroissement de l’abstention électorale, de la fraude fiscale et de la corruption.
La réaction à cet état de fait est amorcée. En effet depuis 2014, le programme d’éducation civique est en phase de réintégration et une mise à jour est prévue au sein de l’enseignement national. La DREN de la Région DIANA attend les directives de la capitale. Le Service Régional de l’Éducation de Masse et du Civisme à Diego Suarez (SREMC) effectue des démarches de sensibilisation auprès des parents d’élèves depuis le début de l’année 2015. L’OEMC est d’avis que la promotion du civisme passe par les parents et par les autorités scolaires. Il s’agirait d’élaborer un programme pour favoriser l’apprentissage de notions de civisme autant chez les adultes que chez les élèves. Ce programme entre dans le cadre de la nouvelle Politique Municipale de Développement Social de la Commune Urbaine de Diego Suarez.

Conscients de l’importance de renforcer le civisme et le sens moral chez les jeunes, certains établissements privés de Diego Suarez inscrivent à leur horaire quelques heures de cours d’éducation civique. C’est le cas de l’école privée Blanche Neige (EPBM), un établissement créé en 2010, qui accueille 75 élèves allant de la classe maternelle jusqu’à la fin du secondaire. Confrontée au manque de moyens matériels et à l’inexpérience de ses enseignants en matière d’éducation civique, la directrice, madame Alice Aimée Randimbialifera souhaiterait tracer la voie dans l’enseignement de cette matière. Elle a fait appel à Azimut pour élaborer un programme d’éducation civique destiné aux élèves de l’EPBM. Il s’agit d’innover en proposant d’abord une méthode dynamique de formation du personnel enseignant.

Mademoiselle Marika Hallé Perry, stagiaire Azimut prendra les rênes de ce projet du mois de février au mois de mai 2015. Marika est étudiante en Communication, profil Relations Humaines à l’Université du Québec à Montréal au Canada. Marika étudiera les besoins et les attentes de l’EPBM et des partenaires techniques impliqués dans l’éducation civique et morale des jeunes de Diego Suarez. Elle proposera des avenues d’intégration des activités d’éducation civique dans le programme d’études. Elle suggérera des activités ludiques en tenant compte des moyens financiers disponibles et accompagnera le personnel de l’EPBM dans l’enseignement de cette matière.

Bienvenue Marika !

Profil des locataires de la Case Azimut: Camille Chastagnol

Profil du locataire
Étudiante en dernière année en préparation du diplôme d’ingénieur spécialité Génie de l’Aménagement à l’École Polytechnique Universitaire Polytech’Tours (France).

Antérieurement: Classes préparatoires intégrées en biologie et biochimie à Polytech’Lille, Grande École d’Ingénieurs (France).

« Je viens de Paris et j’étudie actuellement à Tours. A Madagascar, j’ai été recrutée par le Conseil Général du Finistère pour effectuer un stage de fin d’étude. Encadrée par l’Office Régional du Tourisme de Diego Suarez, j’apporte un appui technique au développement touristique de la ville d’Ambilobe. Diego Suarez correspond pour moi au lieu de mon intégration/immersion dans le pays. Je reste 2 semaines dans la ville pour découvrir le pays et rencontrer les acteurs du projet. »

Mandat
Avec l’appui de l’Office Régional du Tourisme de Diego Suarez (ORTDS), le Conseil Général du Finistère, et le Groupement des Opérateurs Touristiques d’Ambilobe (GOTDA), la mission consiste à dynamiser l’offre touristique de la ville d’Ambilobe. En 2013, le GOTDA et l’ORTDS ont pu identifier les potentialités touristiques d’un circuit de « découverte culturelle à Ambilobe ». L’histoire de la royauté Antakarana, une rencontre avec le Prince Antakarana, l’observation de la vie quotidienne, la visite du marché, des artisans, de la cascade, du barrage et du fleuve, la visite d’entreprises comme SIRAMA pour le sucre et LGA pour l’élevage de crevettes serviront de points d’appui pour ce circuit de découverte culturelle d’Ambilobe. Il s’agit de concrétiser ce circuit.

Durée de la mission
Juin à septembre 2014

Partenaires d’appui

L’Office Régional du Tourisme de Diego Suarez (ORTDS) est une association des opérateurs touristiques de la Région DIANA ayant pour mission principale la promotion du tourisme dans la Région DIANA.

Le Groupement des Opérateurs Touristiques d’Ambilobe (GOTDA) est une association des opérateurs touristiques du District d’Ambilobe ayant pour mission principale le développement et la promotion du tourisme au sein du district.

Conseil Général du Finistère (CG29) agit dans le cadre du Programme de la Coopération Décentralisée entre le Conseil Général du Finistère et la Région DIANA. Deux des objectifs du Programme est de contribuer à la protection de l’environnement et d’appuyer les initiatives locales dans le développement de l’écotourisme.

Projets futurs
Intégrer un Master dans un Institut d’Administration des Entreprises et prendre le temps de voyager.

Coups de cœur à Diego Suarez
–          L’hôtel de la Marine, ses façades magnifiques et délabrées et l’ambiance rétro …