Stages et missions de bénévolat de compétences à Madagascar 2017

Joignez-vous à notre équipe !

blog-05-octobre-2016-01Vous souhaitez effectuer un stage à l’étranger ? Ou peut-être souhaitez-vous confronter théorie et pratique pour mûrir vos ambitions professionnelles à l’occasion d’une mission de bénévolat de compétences à l’étranger ? Une année sabbatique ou une année de césure s’offre à vous ? Alors pourquoi ne pas en profiter pour valoriser votre CV et mettre vos connaissances à profit tout en travaillant dans un contexte stimulant où exercer de vraies responsabilités ?

L’ONG Azimut propose plusieurs offres de stage et de mission de bénévolat de compétences à Madagascar dans le cadre de ses activités visant à impliquer les citoyens malgaches à agir quotidiennement pour sauvegarder leur environnement et favoriser le développement durable du nord de la Grande Île.

Joignez-vous à notre équipe en 2017 pour participer à un stage ou une mission de bénévolat de compétences en collaboration avec nos partenaires à Diego Suarez.

Pour tous renseignements complémentaires sur notre programme cliquez sur les liens suivants :


Stages et missions à l’étranger 2017

1. Participer à la création d’une image de marque du bénévolat

TDR_developpement_benevolat_02OBJECTIF GÉNÉRAL :

Développer la visibilité et la notoriété du bénévolat dans la Commune Urbaine de Diego Suarez, nord de Madagascar.

ACTIVITÉS :

  • Tisser des relations approfondies avec les médias, la commune et les autres acteurs à intéresser à la promotion du bénévolat.
  • Établir un plan d’action sur 2 ans pour assurer la promotion du bénévolat, le recrutement, la formation, la gestion-rétention et la reconnaissance des bénévoles au sein de la Commune Urbaine.
  • Élaborer une charte graphique de la marque « bénévole ».
  • Multiplier les événements de promotion du bénévolat en tenant compte des préoccupations des jeunes malgaches.
  • Identifier les canaux de communication pour une campagne de promotion efficace du bénévolat auprès des jeunes de la commune.
  • Développer des supports de communication à diffuser au travers des canaux de communication retenus.
  • Regrouper les clubs et associations de jeunes intéressés à promouvoir le bénévolat lors d’événements ciblés.

2. Collaborer à la dynamisation de la Maison des Jeunes de Diego Suarez, Madagascar

TDR_Maison_des_jeunes_02OBJECTIF GÉNÉRAL

Améliorer la qualité des services d’orientation et de formation des jeunes liés à la protection de l’environnement dans la Commune Urbaine de Diego Suarez, nord de Madagascar.

ACTIVITÉS :

  • Participer à la résolution des problèmes de fonctionnement de la Maison des Jeunes.
    • Compulser les informations provenant des analyses antérieures et des documents concernant la Maison des Jeunes.
    • Compléter l’analyse des problèmes de fonctionnement des services d’orientation de la Maison des Jeunes par une enquête auprès des jeunes et des organes responsables.
    • Échanger avec les organes responsables de la Maison des Jeunes à propos des problèmes de fonctionnement et des solutions possibles.
    • Renforcer le respect du règlement intérieur de la Maison des Jeunes.
  • Opérationnaliser le Point Info Jeunesse.
    • Collecter les informations utiles aux jeunes pour alimenter le Point Info Jeunesse.
    • Décorer et organiser la salle du Point Info Jeunesse.
    • Identifier un responsable compétent au sein de l’équipe de la Maison des Jeunes et renforcer ses capacités en matière d’accueil et d’écoute des jeunes.
  • Augmenter la visibilité de la Maison des Jeunes.
    • Mobiliser une équipe de membres du Conseil Communal de la Jeunesse responsable de la communication pour appuyer l’élaboration et la mise en œuvre du plan de communication.
    • Élaborer un plan de communication des services offerts à la Maison des Jeunes qui soit réaliste et réalisable.
    • Valider le plan de communication auprès des organes responsables de la Maison des Jeunes.
    • Réaliser la campagne de communication de la Maison des Jeunes en priorisant les quartiers susceptibles d’y répondre.

3. Mise en place et animation d’un club de jeunes pour la protection de l’environnement vers un développement durable à Madagascar.

tdr_club_jpcc_02OBJECTIF GÉNÉRAL

Améliorer la qualité des services d’orientation et de formation des jeunes liés à la protection de l’environnement dans la Commune Urbaine de Diego Suarez, nord de Madagascar.

ACTIVITÉS :

  • Collecter les informations concernant la mise en place du Club auprès des acteurs concernés.
  • Créer un espace de dialogue avec les personnes responsables du club dans deux collèges d’enseignement général.
  • Consulter les jeunes collégiens adhérents au club à propos d’activités ludiques d’échange et de dialogue à entreprendre.
  • Appuyer la Direction Régionale de l’Education de Masse et du Civisme-DIANA au niveau de la Commune Urbaine de Diego Suarez et les encadreurs du club dans la mise au point d’un plan d’action durant l’année scolaire 2016/2017.
  • Développer outils et collaboration pour le club.
  • Participer à la réalisation des activités du club établies dans le plan d’action.

Un jeu d’éducation à l’environnement vers un développement durable: version Diego Suarez

En 1991, Vintsy, le trimestriel malgache d’orientation écologique publie un article alarmant : « La Montagne d’Ambre : Avant qu’il ne soit trop tard ». On y attirait l’attention sur l’approvisionnement en eau potable de la ville d’Antsiranana. Cette eau provient de sources type lac de cratères situées dans le parc national de la Montagne d’Ambre. Selon le magazine Vintsy, sur les 70 sources recensées dans la Montagne d’Ambre, il n’en restait plus que 18. Un technicien de la JIRAMA, la compagnie nationale qui assure l’alimentation en eau et en électricité à Madagascar, nous informe que le nombre de sources actuelles est de 6.

Or, du fait de la démographie galopante, et partant de l’augmentation concomitante des besoins en eau et énergie, la ressource hydrique du territoire de l’Association des Communes du Pôles Urbain (ACPU D/S) fait l’objet de pressions qui vont s’accroissant. En réaction l’ACPU D/S a élaboré une stratégie de gestion des ressources naturelles dont l’un des objectifs vise le renforcement de l’écocitoyenneté, en particulier auprès des jeunes. Un des moyens pour atteindre cet objectif est de promouvoir des activités qui favorisent l’éducation à l’environnement vers un développement durable. Cette initiative recueillerait l’appui des établissements scolaires. En effet l’ensemble des enseignants et des acteurs locaux impliqués dans l’éducation à l’environnement vers un développement durable s’entendent sur le fait que les sorties scolaires de groupes d’élèves et d’étudiants suscitent l’intérêt de ces derniers et favorisent dans la foulée leur apprentissage à la protection de l’environnement.

Toutefois, organiser de telles sorties n’est pas une tâche de tout repos. Face au budget restreint des établissements scolaires, aux classes surchargées, aux difficultés à assurer le transport des élèves et leur sécurité, l’ACPU D/S a suggéré à chaque commune de désigner sur leur territoire un site où les enseignants amèneraient leurs élèves pour y conduire des séances de travaux pratiques.

La Commune Urbaine de Diego Suarez (CUDS) a arrêté son choix sur le Jardin Tropical, une mini forêt humide située en plein cœur de Diego Suarez. Une équipe, placée sous la houlette de l’ONG Azimut, a monté un jeu qui à la fois intègre les principes de l’éducation au développement durable et de plus épouse les objectifs fixés par la Politique nationale d’éducation relative à l’environnement et au développement durable (P.E.r.E.D.D, décret n°2013-880). Le jeu en question contribue à la mise en œuvre de la stratégie de gestion des ressources naturelles de l’ACPU D/S, répond aux besoins des enseignants et de la commune et est modulable selon les divers groupes d’âge. Il intègre aussi les activités des personnes impliquées dans la gestion de la forêt et de l’eau douce dans la région DIANA.

L’essentiel de ce jeu est de proposer aux élèves des questions à répondre concernant l’origine de cette eau  qui sort des robinets et des puits de la ville dans le but d’expliquer le cycle naturel de l’eau. Le jeu présente des expériences réalisables en classe ou à la maison et des mises en situation pour identifier les causes de la raréfaction de l’eau potable. Il s’agit d’attirer l’attention des élèves sur la gravité des problèmes d’approvisionnement en eau potable et de les inciter à suggérer des solutions pour y obvier. Le jeu pointe le doigt sur des solutions partielles : l’utilisation de réchauds améliorés et du charbon vert. L’activité se termine par une visite du Jardin Tropical et la découverte in situ de l’importance mutuelle de l’eau et de la forêt pour le bien-être de la population.

Le jeu a été favorablement accueilli dans une série de pré-tests par les élèves qui en ont fait l’essai durant les vacances scolaires. Ils ont semblé ravis des interventions de l’animateur. Des observateurs ont assistés à une première séance : Monsieur Aly Ramasilahy ABOUDOU, Conseiller Animateur en Gestion des Ressources Naturelles du Service d’Appui Technique Intercommunal, Madame Alexandra Véronique JAOZAFY MAMY, Chef de division de l’éducation à l’environnement au sein de la DREN DIANA et Madame Sylvia Karany MBOTIANJARY, Déléguée de l’Éducation de Masse et du Civisme DIANA. Ces derniers ont évoqué quelques problèmes : d’une part certaines des expériences proposées seraient difficilement menées à terme à la maison car certains parents ne souhaitent pas que leurs enfants manipulent le matériel de cuisine ; d’autre part le site du Jardin Tropical n’est pas accessible aux écoles situées hors du quartier de la Place Kabary ; en outre certains élèves se sont dits incapables d’oser suggérer à leurs parents d’utiliser charbon vert ou réchauds améliorés.

Le jeu sera proposé aux écoles du quartier de la Place Kabary au courant de l’année scolaire 2016 qui a débuté au début octobre. L’ACPU D/S veut profiter de cette activité pour harmoniser l’enseignement scolaire et les activités que propose le Jardin Tropical.

Glossaire malgache sur le développement durable

L’Office National pour l’Environnement (ONE), le Groupe thématique sur le Changement Climatique à Madagascar (GT-CC) et l’Akademia Malagasy ont publié en mai 2014 un glossaire en malgache des concepts universaux utilisés dans le contexte du développement durable (DD) et des changements climatiques.

Le glossaire est le produit d’un travail colossal qui a impliqué de nombreux partenaires tel la Coopération allemande, l’Agence de coopération norvégienne pour le développement, le World Wildlife Fund et le PGM-E/GIZ. Il est composé d’un peu plus de 120 entrées, qui recouvrent les principaux domaines liés au développement durable et aux changements climatiques.

Ce glossaire permet de :

  • Retrouver les définitions claires en malgache avec des références en français et en anglais;
  • Mieux comprendre les perceptions nationales d’un terme particulier;
  • Faciliter et de standardiser l’utilisation de ces termes par les professionnels ;
  • Favoriser la bonne utilisation de la terminologie en cours dans le secteur du DD et des changements climatiques.

Merci de diffuser ce document aux professionnels et au grand public de Madagascar.

Téléchargez le document ici.

L’ONG Azimut accueille sa nouvelle stagiaire: Josée-Anne Bouchard

L’ONG Azimut souhaite la bienvenue à Josée-Anne Bouchard, stagiaire inscrite à la Maîtrise en Environnement et Développement Durable à l’Université de Montréal (Québec, Canada), spécialité : enjeux sociaux et gouvernance. Josée-Anne est titulaire d’un B.Sc. en administration des affaires (spécialisation management) et d’un certificat en sociologie.

Elle effectuera d’ici la fin mai 2013 une étude socio-économique de la pêche au crabe autour de Diego Suarez. Elle examinera les pratiques actuelles de cette pêche pour éventuellement proposer des modifications qui garantiront la pérennisation de cette ressource.

Le crabe de mangrove sauvage est très recherché sur les marchés locaux et internationaux. Dans l’extrême nord de Madagascar les exploitants se cantonnent dans la capture des spécimens matures. Cette pratique a un lourd impact sur les populations de crabes. Sur certains sites, on observe déjà une diminution à la fois du nombre et de la taille des crabes. Ailleurs on assiste à la quasi disparition de cette ressource.

Jusqu’ici aucune étude rigoureuse n’a été entreprise dans l’extrême nord de Madagascar sur la dynamique des populations de crabes sauvages et sur la viabilité de leur pêche en mangroves.

Quelques études ont été menées sur les crabes de l’espèce Scylla serrata dans la région de l’océan Indien avec pour objectif d’en faire l’élevage. Divers aspects du cycle de vie de ces crabes ont été étudiés en Afrique de l’Est en ce qui a trait, entre autres, à leur distribution géographique et à leurs habitudes alimentaires. Les résultats de ces études n’ont toutefois pas été validés pour les populations de crabes de Madagascar.

Azimut s’est associée à l’ONG Yemanja, impliquée dans l’amélioration des pratiques de pêcherie traditionnelle, pour appuyer le développement durable de cette filière. Josée-Anne a comme mission de poser les premiers jalons.

Accueil de Laurène Laham, stagiaire de l’ONG Azimut

Laurène Laham nous arrive de l’Université de Pierre Mendès (France) où elle est inscrite au DUT Carrières sociales, option animateurs sociaux et socioculturels. Laurène qui s’intéresse à l’animation environnementale participera durant les trois prochains mois à la gestion de l’îlot Suarez situé en mer d’Émeraude. Elle travaillera en collaboration à la fois avec l’Office Régional du Tourisme de Diego Suarez, le Conseil Général du Finistère et la commune rurale d’Andranovondronina. Laurène se préoccupera de trouver une solution à la gestion des déchets sur l’ilot Suarez avec la participation des guides-pêcheurs, des masseuses et des agents d’entretien et d’accueil.

La directrice de l’ORTDS, Eudoxie Beanjara, nous parle des actions menées jusqu’ici à ce propos :

« Nous avons tout d’abord organisé une campagne de collecte des déchets au mois de novembre 2012 avec la participation des guides-pêcheurs auxquels on a remis des sacs à ordures. Nous avons par la suite construit un bac à ordures en ciment muni d’un couvercle destiné à brûler les déchets dont on n’a pas utilité. Le reste des déchets (boîtes de conserve, coquilles de noix de coco,…) devraient idéalement être remis à des associations d’artisans qui pourraient les valoriser. Cette piste reste à suivre. Une période de sensibilisation au tri des déchets a été organisée auprès des guides-pêcheurs et des deux agents de l’îlot Suarez. Certains se refusent à participer, prétextant que  ce n’est pas leur boulot et qu’ils ne sont pas payés pour faire ça. »

Laurène devra mettre à profit ses talents d’animatrice pour rallier les guides-pêcheurs et les différents agents autour d’une gestion responsable et durable des déchets de l’îlot Suarez, un atout touristique de la région de Diego Suarez et dont la fréquentation ne cesse de croître.

Agir avec nous : stages à l’étranger et bénévolat de compétences

Présentation de notre programme de stages à l’étranger et de bénévolat de compétences

 

Stages universitaires

Azimut permet à des étudiants d’acquérir les compétences d’un stage conventionné dans le cadre de leurs études ou de réaliser un stage en entreprise afin de gagner en autonomie et faire l’apprentissage du monde du travail. Nous accueillons chaque année des stagiaires désireux de mettre à profit et de renforcer les connaissances acquises durant leur cursus universitaire.

Avec les réseaux sociaux en pleine ébullition, les salles de conférences virtuelles et la globalisation des marchés, le diplômé moderne n’hésite pas à franchir les frontières pour apprendre, évoluer et contribuer. Participer activement à nos activités vous permettra de développer votre mobilité internationale et fera de vous un candidat de choix!

Agir avec nous 01

Bénévolat de compétences

Voulez-vous confronter théorie et pratique pour mûrir vos ambitions professionnelles à l’occasion d’une mission de bénévolat de compétences à Madagascar ? Une année sabbatique ou une année de césure s’offre à vous ? Alors pourquoi ne pas en profiter pour valoriser votre CV et mettre vos connaissances à profit tout en travaillant dans un contexte stimulant où exercer de vraies responsabilités ?

Toute l’équipe est sur place pour vous offrir un suivi personnalisé dans l’exécution d’un projet façonné à l’écoute et à la demande des institutions, des entreprises, des associations et des communautés locales du nord de Madagascar.

 

 

 

Comment postuler?

 

Nos offres de stages à l’étranger et nos missions de bénévolat de compétences

Consultez les termes de références des offres de stages et de missions de bénévolat d’Azimut sur notre site Internet. Nous affichons périodiquement une gamme de nouveaux projets de concert avec nos partenariats établis à Diego Suarez. N’hésitez pas à prendre contact avec nous pour des renseignements complémentaires.

Une fois votre offre choisie, soumettez le formulaire de candidature à télécharger ici, votre curriculum vitae et une courte lettre de motivation à stages@tous-azimuts.org.

Design de missions sur mesure

Si aucune des offres ne correspond à votre profil et que vous souhaitez proposer un projet qui relève de vos centres d’intérêts ou de votre domaine d’expertise, Azimut peut vous façonner un projet à la carte et vous mettre en contact avec l’organisme malgache ou l’ONG adéquate.

Pour nous aider à vous orienter nous vous invitons à nous soumettre le formulaire de candidature à télécharger ici, votre curriculum vitae et une courte lettre de motivation à stages@tous-azimuts.org.

 

Pourquoi participer ?

 

Agir avec nous 03Employabilité

Vous accroîtrez votre employabilité auprès des organismes internationaux en apportant la preuve d’une expérience de travail réussie en conditions ardues. En effet, les organismes internationaux qui recrutent du personnel à expatrier sont difficiles à convaincre. Leur bassin de recrutement est tellement bien fourni qu’ils préfèrent, à formation universitaire égale, privilégier les dossiers de ceux qui ont déjà de l’expérience dans un pays en voie de développement.

Vivre une expérience dans une petite structure

Cohérence, expertise, prise directe, nos membres étant constamment sur place, nous saurons vous appuyer en temps réel et vous accueillir comme un membre de la famille.

Agir avec nous 02Développer des compétences

Les habiletés professionnelles que vous acquerrez vous initieront au marché du travail dans un pays en voie de développement. Vous serez aux premières loges pour observer les rouages du fonctionnement de la recherche en milieu tropical et votre expérience à Madagascar vous amènera à devenir plus responsable et plus engagé en ayant acquis de première main une meilleure compréhension des enjeux de la conservation et de la valorisation des ressources naturelles et du bien-être des populations qui en vivent. Vous développerez une plus grande sensibilité aux différences culturelles et conséquemment affinerez vos talents de communicateur interculturel.

Enrichissement personnel

Travailler avec Azimut c’est un défi lancé à votre facilité d’adaptation qui vous donnera aussi l’opportunité de découvrir un pays tropical et de vous initier, si vous le souhaitez, à une nouvelle langue. Vous aurez l’opportunité de réfléchir à vos valeurs culturelles, de les remettre en question au contact d’une ambiance qui au début vous dépaysera avant de vous servir de tremplin pour une réflexion approfondie sur les phénomènes du développement international. Vous aurez l’occasion de vérifier si vous avez la vocation du travail en pays qui se débattent dans un contexte économique difficile.

Agir avec nous 04Établissement des relations

Votre participation vous permettra de renforcer votre réseau de contacts. Vous développerez des partenariats viables et à long terme en travaillant avec des professionnels d’organismes et d’institutions reconnus nationalement et internationalement qui sont activement impliqués dans les domaines d’intervention d’Azimut. N’oubliez pas non plus les nombreuses amitiés que vous tisserez avec des gens passionnés comme vous l’êtes.

 

Les volets d’un séjour parmi-nous?

 

Avant le départ

Une fois enrôlé, nous vous enverrons conseils et mises en garde pour vous guider dans vos préparatifs avant votre départ et vos premiers déplacements sur le sol malgache (matériel et équipement, visas, santé, voyage, lexique, adresses utiles, communications, etc.).

À votre arrivée

À Diego Suarez, vous serez convié à des séances d’information durant lesquelles nous vous apporterons des précisions concernant le déroulement de votre stage, la vie quotidienne dans le nord de Madagascar, le comportement à adopter et les us et coutumes à respecter. Vous recevrez également quelques cours de sakalava (le dialecte local) afin de faciliter votre intégration.

Hébergement

À Diego Suarez, vous dormirez dans un appartement partagé avec les autres participants de notre programme. Nous disposons de trois chambres aménagées, d’une salle à manger et d’un salon. Nous avons accès à l’eau courante et à l’électricité. En brousse on recourt au camping ou à l’hébergement dans une case malgache.

Repas

Les trois repas sont cuisinés pour vous sur place du lundi au vendredi et sont à contenu malgache pour assurer une bonne intégration à la culture et à la découverte des saveurs du pays. Le weekend, chacun prépare ses repas avec les aliments frais qui auront été achetés à la fin de la semaine.

Agir avec nous 07

Une journée typique de travail…

…comprend deux périodes d’activité (9h00-12h30 et 15h00-17h30). Vous êtes tenu de travailler du lundi au vendredi mais pouvez être appelé à travailler durant certains weekends selon les nécessités du moment. En fonction des mandats, les activités comprennent des travaux sur le terrain ou dans le bureau d’Azimut. Une contribution au volet sensibilisation et éducation est attendue. Afin de maintenir une cohérence de groupe, une bonne répartition des tâches et de mutualiser les activités de chacun durant la semaine nous organisons des rencontres hebdomadaires afin d’échanger sur les résultats ou avancées de la semaine. Vous pourrez être amené à effectuer certaines tâches administratives, moteur du bon fonctionnement de l’ONG.

Ressources disponibles

Azimut offre à ses diverses équipes de travail l’accès à un centre de documentation spécialisé sur des sujets d’études liés aux domaines d’intervention de l’ONG. La bibliothèque propose plus d’une centaine de livres et de magazines, une banque électronique de manuels techniques, une connexion Internet wifi, et un accès aux journaux locaux. Azimut dispose aussi d’une salle de réunion extérieur avec un écran de projection et des espaces de travail ergonomiques pour l’organisation de réunions en tout genre.

Rapport et fin de séjour

Tous les participants sont invités à rédiger un rapport dans lequel ils rendent compte de leur expérience et il est souhaité qu’ils organisent quelques rencontres pour communiquer aux partenaires concernés les résultats de leur travail. De retour chez vous nous vous encouragerons et aiderons à parler de votre projet, de vous, d’Azimut, des malgaches auprès de vos proches et du public.

 

Contribution et participation

 

Nous nous appuyons sur la participation et la contribution monétaire des participants pour assurer la pérennisation de nos actions auprès des populations locales. Nous demandons à chacun des participants de prévoir une contribution mensuelle de 650 euros.

La cotisation vous donne accès à…

  • Des repas cuisinés par nos trois charmantes responsables de maison: Memena, Nadia et Odile.
  • L’hébergement dans un appartement meublé situé dans le centre-ville de Diego Suarez.
  • L’encadrement de votre mission par des responsables formés et compétents.
  • Les ressources informationnelles et le matériel nécessaire pour le bon déroulement de votre mission.
  • Une caisse permettant de défrayer les frais de communication et de  déplacement engagés pour la réalisation de votre mission.
  • Une transparence financière et morale de la part d’Azimut qui publie un rapport annuel.

La cotisation permet de payer…

  • Les salaires des employés et les gratifications des stagiaires locaux.
  • La location des locaux de travail.
  • Les frais de services : eau, électricité, boite postale, Internet, téléphone.
  • Le maintien du site web.
  • L’achat de nouveau matériel nécessaire à la réalisation des missions.
  • L’entretien et le renouvellement du matériel, de l’équipement et des espaces de travail.
  • La participation à des événements nationaux et internationaux.

Le participant doit débourser l’ensemble de ses contributions mensuelles avant son arrivée à Madagascar. Le coût des vols aériens, du visa, de l’équipement personnel, des médicaments et des vaccins est assumé par le participant.