Collecte de données: cas de la pêche traditionnelle de crabes à Madagascar

Josée-Anne Bouchard, stagiaire Azimut, fait part des difficultés qu’elle rencontre dans la collecte de données concernant les résultats de la pêche traditionnelle de crabes de mangrove à Madagascar :

« On accorde généralement beaucoup de valeur aux données quantitatives résultant des enquêtes statistiques. En effet elles sont faciles à interpréter on peut les généraliser tout en tenant compte de coefficients de confiance précisés. On peut toutefois se demander si ce type d’enquêtes est possible quel que soit le contexte. »

« La collecte de données quantitatives sur l’exploitation des ressources halieutiques représente un réel défi pour les organismes du gouvernement malgache. En effet, comment s’assurer de la qualité d’enquêtes menées dans une multitude de petits villages éparpillés sur 5 000 km de côtes et dont certains ne sont accessibles que par la mer et d’autres ne sont atteignables que par des routes impassables en saison des pluies durant la moitié de l’année ? »

« Les fonctionnaires du Ministère de la Pêche et des Ressources Halieutiques ont procédé à la collecte de données quantitatives sur les résultats de la pêche au crabe en 2012 dans la région DIANA. Ces données récoltées dans d’autres régions de la Grande Île ont fait l’objet de critiques de la part d’études patronnées par l’Union Européenne (SmartFish). Elles n’auraient pas prises en compte les nombreux crabes décédés suite à la pêche ou au transport. D’après Monsieur Philigence Rajesiarinanana, responsable du volet « environnement » à la Direction Régionale de la Pêche et des Ressources Halieutiques (DRPRH) de la région DIANA, les données ignorent les vols et les prises illicites. En fait, les données recueillies peuvent tout au plus indiquer des tendances comme le feraient des études qualitatives qui sont de faibles appuis pour la prise de décision ».

« Dans le cas de mon étude sur la pêche au crabe de mangroves dans le nord-est de Madagascar, la collecte de données qualitatives pourra toutefois s’avérer utile. Elle permettra de débusquer ce domaine méconnu pour lequel les recherches antérieures restent partielles. Une collecte rigoureuse d’éléments quantifiables se buterait sur le manque de moyens financiers et humains. »

« Je devrai donc recourir à une stratégie de collecte de données en partie qualitatives tout en me souciant de limiter les biais d’analyse qui seront par ailleurs précisés de façon rigoureuse pour permettre aux décideurs d’évaluer la portée des conclusions présentées. »