L’atelier participatif : un outil pour la gestion communautaire de la mer d’Émeraude

L’atelier participatif est un outil de concertation fréquemment utilisé dans les pays en voie de développement, notamment en Amérique Latine. Il s’agit d’une démarche amorcée à partir de la base où les acteurs locaux qui détiennent les clés du changement et les informations nécessaires pour le progrès social de la communauté prennent leurs affaires en mains. L’atelier participatif vise l’intégration des populations locales durant les étapes où se prennent les décisions de montage d’un projet de développement. Il en résulte la garantie d’une appropriation du projet au niveau local.

C’est donc un atelier participatif d’une trentaine de participants, animé par des représentants de l’ONG Azimut et de l’Office Régional du Tourisme de Diego Suarez, qui s’est tenu le 17 avril 2012 à l’école primaire du petit village de Ramena. L’objectif: amorcer la réflexion d’un groupe de guides touristiques (ou « guide-pêcheurs ») qui exercent présentement en mer d’Émeraude autour des problèmes rencontrés dans leurs activités et aborder l’examen des solutions à y apporter.

Le problème de la salubrité des sites visités par la clientèle des guides a été soulevé. L’installation de poubelles au port de Ramena et sur l’îlot le plus fréquenté de la mer d’Emeraude a été décidée. Les guides ont proposé de former une association puis de réclamer pour les membres une formation pour, entre autres choses, mieux faire face au non-respect des coutumes locales par leurs clients, atténuer la menace que présente pour la pérennisation de leur profession la surexploitation des ressources halieutiques de la mer d’Émeraude…

Cette prise de contact va permettre à Claire Michelet, stagiaire chez Azimut, de monter un plan de formation adéquat qui se tiendra au courant du mois de juin 2012.