Mudcrab fishing study: a first visit in Ambodibonara

Une sortie en brousse du côté de la côte ouest a été réalisée le 21, 22 et 23 mars 2013 afin d’obtenir des informations préliminaires sur la pêche au crabe. Josée-Anne Bouchard, stagiaire de l’ONG Azimut, nous raconte son séjour dans le village d’Ambodibonara, isolé par les mauvaises conditions routières.

« Nous avons quitté Diego Suarez en taxi-brousse le jeudi 21 à 3h du matin pour notre première étape : la ville d Ambilobe (138 km) atteinte après une crevaison. Nous avons visité le marché d’Ambilobe en attendant un second taxi-brousse qui nous amènerait à Ambodibonara. Nous avons profité du délai pour discuter avec quelques vendeurs de crabes du marché local et pour avertir par radio les villageois de notre arrivée.

A 8 km d’Ambilobe, notre taxi-brousse est tombé en panne et nous avons dû patienter 2 heures avant de pouvoir monter dans un autre taxi-brousse. Il a fallu 2 heures supplémentaires pour effectuer 24 km et rejoindre un village à 3 km d’Ambodibonara. Un petit chariot en bois tiré par un zébu nous y attendait. La charrette et la marche à pied étaient les deux seules options pour atteindre notre village en cette fin de saison des pluies étant donné l’état des routes (boues et mares d’eau gigantesques). Nous sommes arrivés à Ambodibonara à 19h30, arrivée qui avait été planifiée pour 14h00…

Une première rencontre spontanée a été réalisée avec le plus vieux pêcheur de crabes du village le soir même. Monsieur Tarafa Robera n’est pas spécialisé dans la pêche au crabe, mais il s’y adonne puisqu’il ne possède pas les moyens financiers nécessaires pour réaliser d’autres types de pêche. Une trentaine de pêcheur pratiquerait la pêche au crabe, certains sont spécialisés dans ce type de pêche et d’autres le font par manque de moyens financiers.

Le lendemain, une rencontre avec Madame Martine, la seule collectrice du village, a eu lieu en matinée. Auparavant, ils étaient trois ou quatre collecteurs, mais aujourd’hui elle est la dernière du village. Elle achète le crabe aux pêcheurs. Les produits de la collecte sont expédies en taxi-brousse au marché d’Ambilobe.

Par la suite, nous avons fait la connaissance d’un jeune pêcheur de crabe de 19 ans, Monsieur Tombois. Ce dernier pratique la pêche nocturne à l’aide d’une lampe torche avec deux autres pêcheurs d’Ambodibonara. Monsieur Tombois a commencé à pêcher le crabe à 8 ans avec son père qui lui a transmis ses connaissances techniques. Aujourd’hui, son père a cessé de pêcher le crabe puisque la ressource a trop diminué.

D’autres discussions ont été effectuées avec des pêcheurs de crabe au cours de cette journée. Deux éléments principaux sont ressortis de l’ensemble des entrevues préliminaires réalisées: d’une part le crabe est un produit halieutique dont la pêche est peu couteuse et d’autre part les pêcheurs ont observé une diminution de la ressource depuis qu’ils ont commencé à pratiquer ce métier.

Nous avons quitté Ambodibonara pour revenir à Diego Suarez samedi avant le lever du soleil. Nous retournerons dans ce village pour effectuer des enquêtes exhaustives, mais nous attendrons encore quelques semaines…le temps que les routes soient praticables. Il faut s’adapter à la brousse et non l’inverse! »