Étude de marché sur les foyers améliorés à Antsiranana : présentation de l’équipe

Trois stagiaires bénévoles au sein de l’ONG Azimut mènent depuis début juin 2017 une étude de marché sur les équipements de cuisson utilisés par les ménages urbains de la ville d’Antsiranana (ou Diego Suarez) dans le nord de Madagascar. Il s’agit de Félicia Fety, Giorgia Masiello, et Mbolanosy Botsilahy.

Les résultats de cette enquête permettront à Azimut d’élaborer une stratégie de lancement efficace de foyers améliorés en argile qu’elle compte fabriquer au sein d’une unité de production semi-industrielle. L’équipe espère interroger un échantillon de 400 ménages sur les 33 000 ménages de la commune urbaine.

Voici une brève présentation des membres de l’équipe

blog - 23 juillet 2017

Félicia Fety

Félicia a suivi des études en économie et commerce à Antsirabe qu’elle a décidé de mettre à profit en participant à cette étude de marché. Sa disponibilité et son sens critique et d’analyse se sont avérés des atouts indéniables dans la réalisation de cette mission. Avec son expérience à Azimut, elle espère perfectionner ses compétences entrepreneuriales pour ouvrir son propre salon de beauté à Antsiranana.

Giorgia Masiello

D’origine italienne, Giorgia a effectué des études supérieures en économie, marketing, et communication dans le contexte de la coopération internationale. La mission qu’elle mène au sein d’Azimut représente sa seconde expérience professionnelle en Afrique après avoir occupé un double poste d’assistante administrative et de chargée de communication au sein de l’Alliance Éthio-Française d’Addis-Abeba. Elle compte sur ces deux expériences pour poursuivre une carrière à l’international dans le domaine de l’action humanitaire.

 

Mbolanosy Botsilahy

Mbolanosy est l’environnementaliste de l’équipe. C’est sa passion pour la nature qui l’a menée à participer à cette mission, son objectif étant de contribuer à la sauvegarde des forêts de Madagascar à travers des actions concrètes. D’origine antsiranaise et avec une expérience en tant qu’enquêteuse à son actif, Mbolanosy connait bien les quartiers de la ville et l’esprit de ses habitants et croit fermement aux avantages des réchauds améliorés.

Formation à l’utilisation d’un kit d’appui à l’enseignement de l’éducation relative à l’environnement à Madagascar

blog - 19 juillet 2017 1de2Une valise de matériel didactique appelé « kit MAD’ERE » a été développée par le Programme Germano-Malgache pour l’Environnement (PGM-E/GIZ) entre 2006 et 2008. Il a été mis sur pied dans le but de faciliter le travail des enseignants chargés de donner les leçons relatives à l’environnement du programme d’éducation national et d’améliorer la qualité de l’enseignement sur le respect de l’environnement.

Depuis son élaboration, un kit avait été confié à un collège de la commune rurale d’Antanamitarana de la région DIANA mais sans retour sur son utilisation.

En février 2017 le nouveau Programme Germano-Malgache d’Appui à la Gestion de l’Environnement (PAGE/GIZ) a lancé une campagne de formation de formateurs à l’utilisation du kit MAD’ERE dans l’optique de diffuser le kit à l’échelle de la Région DIANA. Enrico Botoumamou, agent de développement socio-environnemental auprès de l’ONG Azimut, a suivi cette formation d’une durée 5 jours.

blog - 19 juillet 2017 2de2Le samedi 13 mai 2017, l’ONG Azimut et l’Association PAPADOU ont coorganisé une formation à l’emploi du kit MAD’ERE pour les enseignants de l’école privée Bon Pasteur et les membres de l’ONG Service d’Appui à la Gestion de l’Environnement (SAGE) à Antsiranana. La formation s’est déroulée sur une journée où les participants ont été amenés à manipuler le kit et à tester son utilisation lors d’une simulation de cours.

L’ONG Azimut en collaboration avec le SAGE et le PAGE/GIZ prévoit apporter des améliorations au kit MAD’ERE au courant du deuxième semestre 2017 avant d’en faire la promotion auprès des six écoles primaires publiques bordant la Nouvelle Aire Protégée Ambohitr’Antsingy-Montagne des Français (NAP AA MdF).

Ce travail fait suite au succès du consortium SAGE et Azimut qui a réalisé une cinquantaine d’interventions d’éducation relative à l’environnement réparties dans ces six établissements scolaires de septembre à décembre 2016.

Affaire à suivre…

Redynamisation du Conseil Régional de l’Éducation, Région DIANA

blog - 18 juillet 2017Le 11 juillet 2017, les acteurs et forces vives de l’éducation dans la région DIANA se sont réunis sur invitation de la Région DIANA et de l’organisation Handicap International afin de reconstituer le bureau et le groupe technique de travail du Conseil Régional de l’Éducation (CRE).

La mission du Conseil est claire : Promouvoir la réflexion, la concertation et la coordination des actions pour améliorer l’éducation au niveau régional. Le CRE avait été mise en place en 2014 sous l’impulsion de l’UNICEF. Suite au retrait des techniciens de l’UNICEF dans la Région en 2015, les membres du CRE ont cessé de se réunir.

Handicap International a souhaité relancer les rencontres du CRE dans le cadre de leur projet pilote d’éducation inclusive dénommé « Bea-Zo » mis en œuvre avec le Ministère de l’Éducation Nationale malgache dans les régions Analanjirafo et DIANA. Ce projet a pour objectif d’enrayer toute forme d’exclusion freinant l’accès de tous les enfants à l’éducation, quelles que soient leurs conditions physiques et leur classe sociale.

Comme Handicap International, d’autres acteurs voient l’intérêt de la redynamisation du CRE dans l’atteinte de leurs objectifs respectifs. C’est le cas de l’ONG Azimut, présente à la rencontre du 11 juillet 2017, et qui mène depuis 2015 une série d’actions dans les domaines de l’éducation civique et citoyenne et de l’éducation environnementale.

À l’occasion de cette rencontre, les participants se sont entendus pour nommer un président du Conseil qui soit issu de la société civile. Pour les organisations de la société civile, cette élection constitue une belle opportunité de donner voix aux citoyens en matière d’éducation. Cela pourrait également améliorer les échanges et le relais d’information entre le CRE et les citoyens à la base au niveau des districts qui seront amenés prochainement à se regrouper en Conseil Local de l’Éducation (CLE). L’élection du président du CRE est prévue se dérouler ce vendredi 21 juillet 2017 au Centre d’Écoute et de Conseils Juridiques de la Commune Urbaine de Diego Suarez.

La société CUITOU : un des gagnants de la subvention Junior MIARY, région DIANA

blog - 18 juillet 2017 1de2Bravo à la société CUITOU, qui vient tout juste d’obtenir un financement de 10 000 $US du programme « Junior MIARY ». Le programme de subventions pour l’entrepreneuriat et l’investissement « Junior MIARY » du Projet Pôles Intégrés de Croissance et Corridors (PIC II), soutient à hauteur de 10 000 $US, des start-up ou entreprises composées majoritairement de jeunes de 16-35 ans.

Financé par la Banque Mondiale, le PIC II est une des actions du Gouvernement Malagasy pour mettre en œuvre le Programme Général de l’État et le Plan National de Développement. Il a pour objectif de soutenir la dynamisation de zones et corridors à fort potentiel de croissance, en stimulant le secteur privé et en développant des secteurs économiques porteurs tels que l’agrobusiness et le tourisme.

blog - 18 juillet 2017 2de2Azimut appuie depuis juin 2016 la société CUITOU dans la création d’une unité de production semi-industrielle de foyers améliorés en argile pour alimenter le marché de la ville d’Antsiranana (Diego Suarez), au nord de Madagascar, et ainsi contribuer à l’amélioration du niveau de vie de la population et à la protection environnementale.

La production actuelle de foyers améliorés en argile à Antsiranana est faite entièrement à main d’homme par deux unités de production artisanale. Bien que créateur d’emplois, le traitement manuel de l’argile (broyage, tamisage, malaxage et mise en moules) est fastidieux et peu valorisant pour le travailleur employé à cette tâche. Il occasionne également des variations dans la qualité du produit qui peut avoir un impact sur la satisfaction des clients et à terme sur les efforts de vulgarisation des acteurs de la Région DIANA.

L’entreprise CUITOU tient à assurer l’excellente qualité de ses équipements de cuisson en mécanisant la production d’inserts céramique et en mettant en place un cahier des charges précis suivant les normes en vigueur.

C’est grâce à l’obtention de cette subvention « Junior MIARY » que CUITOU pourra prochainement acquérir les équipements en vue d’assurer le fonctionnement de son unité de production.

Affaire à suivre !

Lucie Ravit, une volontaire à Antsiranana qui ne chôme pas !

Ablog - 17 juillet 2017 1de2zimut adresse ses remerciements à Lucie Ravit, volontaire au sein de l’ONG Azimut d’avril à juin 2017, pour son travail en appui à la création d’une entreprise de fabrication et de commercialisation de foyers améliorés en argile à Antsiranana. Durant ces trois mois Lucie a défini l’image de marque de cette startup, dénommée CUITOU, afin que celle-ci puisse posséder une identité visuelle précise dans le but de communiquer plus facilement et d’asseoir sa crédibilité auprès de différents acteurs de la Région DIANA (nord de Madagascar).

En s’appuyant sur une analyse du contexte local et de nombreux échanges avec les membres de la start-up, Lucie a créé le logo de l’entreprise, a établi une charte graphique et a réalisé différents supports de communication selon les publics ciblés.

blog - 17 juillet 2017 2de2Lucie a appuyé la start-up dans sa demande auprès de la commune rurale d’Antanamitarana d’un terrain qui servira à implanter l’atelier de production des foyers améliorés. Le document de présentation qu’elle a réalisé sera présenté aux élus d’Antanamitarana dans les premiers jours d’août 2017.

Les travaux réalisés par Lucie ont également permis aux membres de la start-up CUITOU de participer à une réunion de coordination des actions de développement des acteurs de la filière des réchauds améliorés au bureau de la Région DIANA le 12 mai 2017.

Encore une fois, merci Lucie !

Gestion de projets internationaux: cinq étudiantes de l’Université Laval appuient un projet de développement local à Madagascar

blog - 16 juillet 2017 2de2En 2014, une équipe de quatre étudiants du second cycle inscrits à un cours de gestion de projets en développement international et action humanitaire à l’Université Laval de Québec a prêté main forte à l’ONG Azimut pour appuyer une association de mères célibataires dans la commercialisation de ses produits artisanaux (voir billet : Aide d’étudiants québécois : gestion de projets internationaux).

Azimut a été contactée à nouveau en septembre 2016 par un groupe d’étudiants du même cours qui a proposé son aide à distance. Ces étudiants ont été chargés de monter un document de projet pour appuyer la création d’une unité de production semi-industrielle de foyers améliorés en argile dans le nord de Madagascar.

Ce travail s’inscrivait dans un effort pour réduire les impacts de la déforestation des forêts primaires pour la production de charbon de bois, qui constitue le combustible principal utilisé pour cuisiner par la population malgache. L’utilisation d’un foyer amélioré permet une économie en combustible d’au moins 30% par rapport au foyer métallique traditionnel. Du côté environnemental, l’utilisation par un ménage d’un foyer amélioré contribue à éviter la déforestation de 0,2 ha/an.

Le Plan Régional d’Énergie de Biomasse de la région DIANA prévoit la production et la commercialisation au niveau des ménages de la région de près de 60 000 foyers améliorés durant la période 2016 à 2020. Seuls 28% des 33 000 ménages de la ville d’Antsiranana utilisent actuellement un foyer amélioré. L’approvisionnement en foyers améliorés de la ville d’Antsiranana est assuré par deux unités artisanales au rythme de 150 foyers/mois, ce qui ne permet pas de toucher une masse critique des ménages urbains et implicitement d’agir sur la diminution de la déforestation.

blog - 16 juillet 2017 1de2C’est dans l’objectif d’augmenter le nombre de foyers améliorés à diffuser dans la région que s’inscrit ce projet de mise en place d’une unité de production semi-industrielle de foyers améliorés en argile.

Un grand merci à Annie Brodeur-Doucet, Claudia Gamache, Margot Gouilloux, Mathilde Huguet, et Élise Lortie pour ce travail d’envergure qui s’est mérité les félicitations de leurs collègues et de leur professeur !

Une équipe du tonnerre à Azimut !

Élise Lortie, Stephano Boudi et Tertius Rodriguez Belalahy feront équipe de mars à juin 2017 pour mettre sur pied trois outils visant l’engagement des jeunes de la commune urbaine de Diego Suarez dans la protection et la restauration de l’environnement urbain. Ces outils mettront en relation les jeunes avec les leaders environnementaux et socio-culturels qui joueront le rôle de personnes ressources afin d’épauler les jeunes dans la réalisation de leurs activités.blog - 07 avril 2017

Voici une présentation de l’équipe.

  • Élise Lortie

D’origine québécoise, Élise Lortie a déjà voyagé dans plus de 20 pays surtout en Asie du sud-est et en Amérique latine. Elle privilégie les voyages de type routard, voyageant avec son sac à dos, priorisant les moyens de transport locaux afin de s’immerger de la culture locale au maximum. Elle adore aller là où elle peut se délecter des plats cuisinés dans les gargotes de rue. Sa passion pour les voyages et la découverte de nouvelles cultures et sa sensibilité pour les questions environnementales l’ont amené à Madagascar où elle s’est jointe à l’équipe de l’ONG Azimut en février 2017. Son stage chez Azimut lui permettra de compléter sa maîtrise en gestion du développement international et de l’action humanitaire à l’Université Laval (Canada). Elle espère à terme se trouver un emploi où elle pourra mettre à profit ses compétences en gestion de projets. Toujours de bonne humeur, c’est un plaisir de partager un moment avec Élise autour d’un verre ou d’une partie de jeu de société.

  • Stephano Boudi

Stephano est un jeune homme qui sait se tenir occupé ! Impliqué dans trois associations de Diego Suarez (DS Velively, FI.MPI.MA et les Scouts), il poursuit deux cursus universitaires à l’Université d’Antsiranana : un premier en physique-chimie et un second en gestion informatique. Son rêve serait d’obtenir un poste d’ingénieur informatique pour l’État malagasy tout en continuant de vivre ses passions : la musique et l’animation. En effet, connu pour ses qualités d’animateur, il adore travailler avec les jeunes tout en leur transmettant sa passion pour la musique. Son expérience associative et son réseau riche en contact font de Stephano un atout important pour notre équipe. Plein d’humour, il capte bien l’esprit des jeunes et possède une bonne compréhension des dynamiques qui les touchent au sein de la commune urbaine de Diego Suarez. Son stage à Azimut constitue sa première expérience dans le domaine professionnel.

  • Tertius Rodriguez Belalahy

Rodriguez est un étudiant sérieux et investi dans sa quête d’en apprendre toujours plus sur l’environnement et la biologie des êtres vivants de Madagascar, en vue d’obtenir son doctorat. Enthousiaste à l’idée d’effectuer de nombreux voyages, il espère poursuivre ses études de 3e cycle à l’étranger. Pour l’instant, il poursuit son Master en science de la nature et de l’environnement à l’Université d’Antsiranana. Rodriguez a de nombreuses expériences professionnelles et scientifiques dans son carquois en milieu rural et dans les aires protégées de la Région DIANA. Il se passionne pour l’étude des lémuriens, dont de nombreuses espèces sont menacées par la coupe abusive des forêts primaires de la Grande île. Ses années de pratique de l’aïkido lui ont appris rigueur et discipline, deux qualités qu’il met à profit dans les projets qu’il entreprend. Rodriguez possède une excellente connaissance des quartiers de Diego Suarez et les secrets bien gardés de cette ville dynamique.

Des actions pour la jeunesse et l’environnement à Diego Suarez

blog - 22 mars 2017 1de2Depuis février 2016, l’ONG Azimut s’est ralliée aux efforts des nombreux acteurs de la Commune Urbaine de Diego Suarez (CUDS) pour mobiliser la jeunesse diégolaise dans le but de  former une relève de citoyens bénévoles qui s’investiront dans la protection de l’environnement et dans l’amélioration des conditions sociales.

Azimut a amorcé cette démarche en menant d’abord des entretiens individuels avec des personnes ressources. Ensuite en s’appuyant sur les suggestions obtenues de ces personnes ressources, Azimut a constitué un groupe de réflexion pour créer un modèle de collaboration entre différents acteurs de la société et des jeunes de la CUDS. Un groupe de jeunes bénévoles aux capacités renforcées en leadership, en communication, en rétroaction et en techniques d’approche a également été mis sur pied (Voir articles : Billet #1 et Billet #2).

blog - 22 mars 2017 2de2Toute cette démarche a été mise en place pour contribuer à répondre aux nombreuses problématiques de formation d’éco-citoyens (Voir article: Promotion du bénévolat malgache pour la protection de l’environnement : une solution ?) qui ont été soulevées par les acteurs de la commune. Le but d’Azimut n’est pas de se substituer aux programmes ou aux initiatives pour les jeunes déjà en place mais plutôt de réfléchir à un modèle différent inspiré par la base, c’est-à-dire par des citoyens de la Commune.

Élise Lortie, Stephano Boudi et Rodriguez Belalahy, ont pris la relève de ce défi en ce début d’année 2017. Tous les trois stagiaires de l’ONG Azimut, ils se sont donné pour mission de poursuivre les efforts déjà entamés par l’ONG Azimut et ses collaborateurs en 2016 afin de contribuer à l’inclusion des jeunes citadins de Diego Suarez au processus de développement de la région. Au cours des 3 prochains mois ils auront pour tâches de :

  • Développer et diffuser 3 outils d’appui aux jeunes utiles à la réalisation d’activités bénévoles de protection environnementale ;
  • Définir une stratégie de mise à jour de ces outils ;
  • Évaluer l’effectivité de ces outils dans la réalisation d’activités de protection environnementale.

Stages et missions de bénévolat de compétences à Madagascar 2017

Joignez-vous à notre équipe !

blog-05-octobre-2016-01Vous souhaitez effectuer un stage à l’étranger ? Ou peut-être souhaitez-vous confronter théorie et pratique pour mûrir vos ambitions professionnelles à l’occasion d’une mission de bénévolat de compétences à l’étranger ? Une année sabbatique ou une année de césure s’offre à vous ? Alors pourquoi ne pas en profiter pour valoriser votre CV et mettre vos connaissances à profit tout en travaillant dans un contexte stimulant où exercer de vraies responsabilités ?

L’ONG Azimut propose plusieurs offres de stage et de mission de bénévolat de compétences à Madagascar dans le cadre de ses activités visant à impliquer les citoyens malgaches à agir quotidiennement pour sauvegarder leur environnement et favoriser le développement durable du nord de la Grande Île.

Joignez-vous à notre équipe en 2017 pour participer à un stage ou une mission de bénévolat de compétences en collaboration avec nos partenaires à Diego Suarez.

Pour tous renseignements complémentaires sur notre programme cliquez sur les liens suivants :


Stages et missions à l’étranger 2017

1. Participer à la création d’une image de marque du bénévolat

TDR_developpement_benevolat_02OBJECTIF GÉNÉRAL :

Développer la visibilité et la notoriété du bénévolat dans la Commune Urbaine de Diego Suarez, nord de Madagascar.

ACTIVITÉS :

  • Tisser des relations approfondies avec les médias, la commune et les autres acteurs à intéresser à la promotion du bénévolat.
  • Établir un plan d’action sur 2 ans pour assurer la promotion du bénévolat, le recrutement, la formation, la gestion-rétention et la reconnaissance des bénévoles au sein de la Commune Urbaine.
  • Élaborer une charte graphique de la marque « bénévole ».
  • Multiplier les événements de promotion du bénévolat en tenant compte des préoccupations des jeunes malgaches.
  • Identifier les canaux de communication pour une campagne de promotion efficace du bénévolat auprès des jeunes de la commune.
  • Développer des supports de communication à diffuser au travers des canaux de communication retenus.
  • Regrouper les clubs et associations de jeunes intéressés à promouvoir le bénévolat lors d’événements ciblés.

2. Collaborer à la dynamisation de la Maison des Jeunes de Diego Suarez, Madagascar

TDR_Maison_des_jeunes_02OBJECTIF GÉNÉRAL

Améliorer la qualité des services d’orientation et de formation des jeunes liés à la protection de l’environnement dans la Commune Urbaine de Diego Suarez, nord de Madagascar.

ACTIVITÉS :

  • Participer à la résolution des problèmes de fonctionnement de la Maison des Jeunes.
    • Compulser les informations provenant des analyses antérieures et des documents concernant la Maison des Jeunes.
    • Compléter l’analyse des problèmes de fonctionnement des services d’orientation de la Maison des Jeunes par une enquête auprès des jeunes et des organes responsables.
    • Échanger avec les organes responsables de la Maison des Jeunes à propos des problèmes de fonctionnement et des solutions possibles.
    • Renforcer le respect du règlement intérieur de la Maison des Jeunes.
  • Opérationnaliser le Point Info Jeunesse.
    • Collecter les informations utiles aux jeunes pour alimenter le Point Info Jeunesse.
    • Décorer et organiser la salle du Point Info Jeunesse.
    • Identifier un responsable compétent au sein de l’équipe de la Maison des Jeunes et renforcer ses capacités en matière d’accueil et d’écoute des jeunes.
  • Augmenter la visibilité de la Maison des Jeunes.
    • Mobiliser une équipe de membres du Conseil Communal de la Jeunesse responsable de la communication pour appuyer l’élaboration et la mise en œuvre du plan de communication.
    • Élaborer un plan de communication des services offerts à la Maison des Jeunes qui soit réaliste et réalisable.
    • Valider le plan de communication auprès des organes responsables de la Maison des Jeunes.
    • Réaliser la campagne de communication de la Maison des Jeunes en priorisant les quartiers susceptibles d’y répondre.

3. Mise en place et animation d’un club de jeunes pour la protection de l’environnement vers un développement durable à Madagascar.

tdr_club_jpcc_02OBJECTIF GÉNÉRAL

Améliorer la qualité des services d’orientation et de formation des jeunes liés à la protection de l’environnement dans la Commune Urbaine de Diego Suarez, nord de Madagascar.

ACTIVITÉS :

  • Collecter les informations concernant la mise en place du Club auprès des acteurs concernés.
  • Créer un espace de dialogue avec les personnes responsables du club dans deux collèges d’enseignement général.
  • Consulter les jeunes collégiens adhérents au club à propos d’activités ludiques d’échange et de dialogue à entreprendre.
  • Appuyer la Direction Régionale de l’Education de Masse et du Civisme-DIANA au niveau de la Commune Urbaine de Diego Suarez et les encadreurs du club dans la mise au point d’un plan d’action durant l’année scolaire 2016/2017.
  • Développer outils et collaboration pour le club.
  • Participer à la réalisation des activités du club établies dans le plan d’action.

Les bienfaits du bénévolat dans la recherche et la sécurisation d’un emploi

JIJ 2016 - Affiche Comment trouver emploi sans diplomeDésireux d’assurer le développement de la visibilité et de la notoriété du bénévolat auprès des jeunes de la Commune Urbaine de Diego Suarez (CUDS), un groupe de jeunes bénévoles ont, le 10 août 2016, profité de la Journée Internationale de la Jeunesse, pour animer une conférence-débat. Le titre était accrocheur : « Comment trouver un emploi sans diplôme ? ». L’objectif visé était d’entretenir les jeunes de la CUDS des bienfaits du bénévolat dans la recherche et la sécurisation d’un emploi.

Le chômage chez les jeunes diégolais de 18 à 29 ans est préoccupant. Il atteint le taux de 6,4%[1]. Souvent, les qualifications de ces jeunes chômeurs ne satisfont pas les exigences du marché du travail en milieu urbain. En effet, plus de 13 000 jeunes sans qualifications adéquates arrivent chaque année sur le marché du travail[2].

Une quarantaine de personnes était présente à la conférence animée par Marino Dahy, Landry, Mouna Souleman et Joëlle Dize Dio. Le nombre de participants peut apparaître dérisoire par rapport à tous les jeunes ciblés mais les organisateurs ne s’attendaient pas à autant d’intérêt de la part de ceux qui ont assisté à la conférence. Les quatre responsables de cette initiative s’estiment satisfaits des résultats atteints. Ils remercient l’ONG Azimut et cinq personnes ressources (Todizara Andrianajaina, Rachidy Ali, Eric Botoronono, Francklin Reydellet, Enrico Botoumamou) pour leur appui dans la réalisation de cette première.

Des avis mitigés sur le bénévolat

Au cours de la conférence, un débat « pour ou contre le bénévolat ? » a été organisé. De nombreux partisans du « contre » tenaient mordicus au fait que tout travail mérite un revenu. Suite à de mauvaises expériences bénévoles mal encadrées et aux objectifs flous, d’autres adversaires du bénévolat considéraient qu’il s’agit d’une perte de temps. Découragés par leur première expérience bénévole, certains ne souhaitent plus s’engager.

IMG_1507Le proverbe malagasy « Miasa jamba rafozana » qui signifie travailler inutilement, illustre le manque de reconnaissance de la population vis-à-vis les actions bénévoles, ce qui démotive les éventuels partisans, alors que leurs bienfaits sont évidents.

Les participants en faveur du bénévolat ont su démontrer que lorsqu’on est sans diplôme ou que l’on n’a pas ou très peu d’expérience, le bénévolat permet de renforcer son réseau de contacts, d’acquérir des compétences qu’aucune formation n’aurait pu transmettre et d’étoffer son curriculum vitae d’expériences que les employeurs recherchent à l’embauche. Selon ces participants, le bénévolat est une occasion de prendre sa part de responsabilité en tant que citoyen et montrer sans avoir à le mentionner qu’on est dynamique, sociable, et qu’on sait se rendre utile, qualités recherchées par tous les employeurs.

Un employé de la Direction Régionale de la Jeunesse et des Sports a proposé une solution pour encourager les jeunes à s’engager bénévolement et pour rehausser l’image du bénévolat :il s’agirait de lui donner un cadre légal.

Le bénévolat : un substitut à l’emploi ?

Le bénévole est une personne qui s’engage librement pour apporter son temps et ses compétences à une autre personne ou à un organisme. Le bénévolat se différencie du travail ou du salariat par l’aspect de gratuité de l’action. Ce qui démotive de nombreux jeunes à ne pas s’engager dans des actions bénévoles c’est la contrainte financière de base.

IMG_1527Les animateurs ont essayé de démystifier le caractère négatif qu’on attribue au bénévolat en expliquant aux jeunes que le bénévolat n’est pas un emploi ni une activité dans laquelle s’engager à temps plein. En effet on peut participer bénévolement pour une journée ou quelques heures à une action ponctuelle de bénévolat. Marino, Mouna, Landry et Joëlle ont également suggéré aux participants de trouver un équilibre entre le bénévolat et leur recherche d’emploi mais aussi de cibler leurs actions bénévoles en fonction des compétences qu’ils souhaitent acquérir, de leurs disponibilités et des attentes professionnelles des employeurs auprès desquels ils souhaitent postuler.

Comment trouver un emploi, sans diplôme ?

Des conseils utiles ont été prodigués lors de cette matinée, afin que les jeunes à la recherche d’emploi sachent construire un curriculum vitae fonctionnel, différent d’un simple CV chronologique habituel. Les jeunes présents ont compris qu’ils sont nombreux à posséder le même profil et à chercher à intégrer des postes dont le nombre est limité. Les animateurs les ont encouragés à participer à des expériences associatives ou bénévoles bien ciblées, qui serviront à enrichir leurs expériences. Se démarquer des autres en fait est un atout majeur pour intégrer un secteur d’activité gratifiant ou rémunérateur. Ne pas terminer ses études n’est pas forcément un facteur handicapant. Cette conférence débat était une première, qui promet des suites.

Texte rédigé par Maryse Sahondra PARENT et Cerveau KOTOSON

[1] Région Diana (2015) Schéma Régional de Promotion de l’Emploi de la région Diana, 67pp.

[2] Région Diana (2012) Schéma Régional de Développement Economique de la Région Diana, 105 pp.

blog - 29 août 2016