La raréfaction de l’eau, au cœur des discussions à Antsiranana


Le tarissement du bassin versant de Besokatra, principal réservoir d’eau d’Antsiranana, est une problématique à risque pour l’alimentation en eau de la ville et ses alentours. Les effets de la raréfaction en eau se font déjà sentir par l’ensemble des couches sociales de la commune urbaine : coupures régulières, faible débit d’eau. Le sujet n’est pas nouveau pour les citoyens d’Antsiranana. Il est né un « conflit de silence » entre les fournisseurs d’eau et les consommateurs insatisfaits de la ville. Les bruits circulent, les dénonciations fusent et les confrontations sur le sujet ne semblent pas être constructifs aux vues de l’absence d’amélioration manifeste de la qualité du service auprès des usagers. Pour tenter d’éclaircir la situation et proposer d’éventuelles recommandations, l’Organisation de la Société Civile pour l’Environnement Mandresy (OSC-E Mandresy) et ses collaborateurs bénévoles ont mobilisé les différents acteurs de la société et relancé les dialogues de proximité.

blog - 24 janvier 2019Des efforts ont été menés par la JIRAMA, principal fournisseur d’eau potable à Madagascar, pour tenter d’améliorer la situation et répondre aux besoins d’une démographie urbaine en pleine expansion. Malgré les actions entreprises par la JIRAMA pour satisfaire les besoins de près 160 000 citadins, la grande majorité de la population ne perçoit aucun changement de qualité du service.

Courant mai 2018, l’OSC-E Mandresy réalise une enquête sur la distribution de l’eau au niveau de 54 bornes fontaines publiques d’Antsiranana. L’enquête permet d’identifier deux points rouges au sein de la commune : les fokontany d’Ambalakazaha et de Mahatsara. Les résidents des deux quartiers témoignent « De l’eau au compte-goutte, des files de jerrycans, des horaires mal aménagés, voilà notre quotidien ». Des étudiants se plaignent de ne pas dormir suffisamment car ils doivent aller s’approvisionner en eau la nuit, d’autres assistent à leurs cours sans avoir pu se laver. Des citoyens actifs voient leur emploi du temps bousculé et leur productivité au travail affectée. Pour rappeler à la communauté que l’eau est l’affaire de tous et que le manque d’eau vient compromettre la santé sociale et économique de la commune urbaine, l’OSC-E Mandresy a participé à la 7e édition de la Foire Économique Meva, organisée par la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Antsiranana du 24 au 27 octobre dernier.

La thématique de l’eau demeure centrale dans le cadre des activités de l’OSC-E Mandresy. En effet, dans la volonté de réinstaurer le dialogue sur le sujet, l’organisation adopte une stratégie aux approches variées : des plaidoiries sous forme de tête à tête avec les autorités locales et régionales en charge de l’eau, des conférences, des émissions télévisées, des sensibilisations et espaces de dialogue dans les quartiers, des expositions photo, des enquêtes sur la satisfaction des usagers sur le service d’accès à l’eau potable… Une feuille de route que l’organisation espère perfectionner dans le temps.