Une volontaire réunionnaise à Diego Suarez


Le nord de Madagascar est reconnu comme une exception à plusieurs titres pour sa diversité biologique et la variété de ses écosystèmes, mais surtout pour le haut niveau d’endémisme de sa faune et de sa flore autant marine que terrestre. La région DIANA souhaite préserver ce capital naturel en positionnant le tourisme, avec une préférence pour l’écotourisme, comme un vecteur privilégié du développement durable. Cette stratégie s’insère dans le programme de développement de l’Office National du Tourisme : un tourisme durable et éthique qui profite à la population locale, respecte l’environnement et s’intéresse à la culture du pays.

Le site écotouristique de la Mer d’Émeraude, attrait de premier rang de la région DIANA, est l’une des 18 destinations promu par l’Office Régional du Tourisme de Diego Suarez sur le circuit de tourisme solidaire de la région. La flore et à la faune ainsi que la culture associée aux îlots qui la composent ne demandent qu’à être mis en valeur par la création d’un sentier d’interprétation. Plus qu’une simple information, ce parcours adapté se veut ludique et accessible afin de permettre de développer l’attractivité du site dans le but de sensibiliser les visiteurs et les populations locales à sa richesse et à l’intérêt de sa préservation. Le second objectif poursuivi est de favoriser la formation d’une association des guides-pêcheurs et des masseuses qui travaillent en Mer d’Émeraude et qui l’utiliseront comme outil de rappel durant les visites qu’ils organisent. Leurs clients seront ainsi amenés à assurer le respect de l’environnement et des coutumes locales.

L’ONG Azimut qui appuie depuis 2012 le Comité de Gestion Communautaire du site touristique de la Mer d’Émeraude a déjà effectué le mandat suivant : monter un programme de formation des guides-pêcheurs, lancer un programme de gestion des déchets et effectuer une étude préliminaire de l’avifaune, l’herpétofaune et l’entomofaune des îlots qui la composent.

Les actions entreprises et les données récoltées seront reprises et valorisées au sein d’un sentier d’interprétation par Mademoiselle Geneviève Barbarin, volontaire Azimut, du mois de février au mois d’avril 2014. Geneviève est diplômée d’un Master 1 en Biodiversité des Écosystèmes Tropicaux à l’Université de la Réunion (DOM, France). Il s’agira pour Geneviève et dans un premier temps de définir le projet d’interprétation selon la spécificité du lieu et en fonction des ressources disponibles, de valider le projet auprès des différents acteurs concernés, de rédiger un cahier des charges précis qui sera soumis pour l’obtention de financements et enfin de former les formateurs locaux à l’accompagnement des visiteurs sur le sentier.

Bienvenu dans l’équipe Geneviève!