Esquisse d’un circuit de tourisme durable à Madagascar


Voici le projet : un tracé de 250 kilomètres reliant l’île touristique de Nosy Be à la 2ème plus grande baie du monde, celle de Diego Suarez, en passant par les deux pôles ruraux d’Ambanja et d’Ambilobe. Sur ce parcours, une palette de 19 sites mettant en vedette les patrimoines socio-culturels et naturels de cette région. Et en surplus, une implication assurée de la population locale… Voilà les principales caractéristiques d’une proposition pour un  circuit de tourisme durable que l’Office Régional du Tourisme de Diego Suarez (ORTDS) projette de mettre en place d’ici 2014.

Clément Corbic, volontaire de l’ONG Azimut, est un des auteurs du design de ce circuit. Il nous fait part de ses constatations à propos de l’activité touristique à Madagascar :

« Actuellement, le tourisme est majoritairement concentré dans le Sud de la Grande île. Tant les tour-opérateurs internationaux que les nationaux dirigent leurs clients vers les circuits du Sud de l’île, qui sont, il faut le dire, plus diversifiés, plus longs et mieux organisés que ceux proposés dans le Nord. Les circuits du Nord sont nombreux mais on n’y retrouve pas encore de circuits de type long-séjour (2 à 3 semaines). L’extrême Nord malgache en particulier souffre du fait qu’on lui ait accolé l’étiquette réductrice d’un tourisme statique de villégiature balnéaire ».

C’est mal connaître les potentialités et opportunités que propose notre région, font remarquer les membres de l’Office Régional du tourisme de Diego Suarez (ORTDS), mais nous sommes forcés de constater qu’il existe une certaine ignorance, liée au manque de promotion efficace de notre part, chez les touristes internationaux. En effet, ces derniers sous-estiment la richesse et la diversité des atouts touristiques du Nord. Ils ignorent pour la plupart qu’il existe des parcs naturels associés à la montagne et à la forêt, et des tsingy enchanteurs… ».

« Dans un souci d’améliorer, de renforcer et de diversifier son offre en termes de tourisme itinérant, l’ORTDS va monter ce nouveau circuit de tourisme durable et se conformer ainsi à la politique de l’État malgache qui préconise ce type de tourisme. »

« Le tourisme durable comme chacun sait est un tourisme basé sur les principes éthiques de la responsabilité et de la solidarité, qui se veut respectueux des patrimoines naturels et socio-culturels d’un territoire. Et ne l’oublions pas, c’est un tourisme qui contribue au développement économique local. »