L’ONG Azimut accueille sa nouvelle stagiaire: Josée-Anne Bouchard


L’ONG Azimut souhaite la bienvenue à Josée-Anne Bouchard, stagiaire inscrite à la Maîtrise en Environnement et Développement Durable à l’Université de Montréal (Québec, Canada), spécialité : enjeux sociaux et gouvernance. Josée-Anne est titulaire d’un B.Sc. en administration des affaires (spécialisation management) et d’un certificat en sociologie.

Elle effectuera d’ici la fin mai 2013 une étude socio-économique de la pêche au crabe autour de Diego Suarez. Elle examinera les pratiques actuelles de cette pêche pour éventuellement proposer des modifications qui garantiront la pérennisation de cette ressource.

Le crabe de mangrove sauvage est très recherché sur les marchés locaux et internationaux. Dans l’extrême nord de Madagascar les exploitants se cantonnent dans la capture des spécimens matures. Cette pratique a un lourd impact sur les populations de crabes. Sur certains sites, on observe déjà une diminution à la fois du nombre et de la taille des crabes. Ailleurs on assiste à la quasi disparition de cette ressource.

Jusqu’ici aucune étude rigoureuse n’a été entreprise dans l’extrême nord de Madagascar sur la dynamique des populations de crabes sauvages et sur la viabilité de leur pêche en mangroves.

Quelques études ont été menées sur les crabes de l’espèce Scylla serrata dans la région de l’océan Indien avec pour objectif d’en faire l’élevage. Divers aspects du cycle de vie de ces crabes ont été étudiés en Afrique de l’Est en ce qui a trait, entre autres, à leur distribution géographique et à leurs habitudes alimentaires. Les résultats de ces études n’ont toutefois pas été validés pour les populations de crabes de Madagascar.

Azimut s’est associée à l’ONG Yemanja, impliquée dans l’amélioration des pratiques de pêcherie traditionnelle, pour appuyer le développement durable de cette filière. Josée-Anne a comme mission de poser les premiers jalons.